Explorez les carrières
Aviation

Officier des opérations aériennes

OFFICIER | Temps plein, Temps partiel


Posez votre candidature maintenant

Aperçu

Les officiers des opérations aériennes participent à la planification des missions, à l’attribution des tâches, à la coordination et à la surveillance des opérations aériennes et spatiales sur les plans tactiques, opérationnels et stratégiques. Ils appuient directement le personnel des opérations aériennes et spatiales et dirigent les centres d’opérations aériennes. Ils fournissent une expertise en matière d’opérations aériennes et spatiales au moment de planifier et de soutenir celles-ci pour la mise sur pied de la force et l’emploi de la force. Ils utilisent une technologie de pointe pour combiner les opérations tactiques et les systèmes de gestion de l’espace de combat afin d’acquérir et de maintenir une connaissance stratégique de la situation. Ils sont experts dans la mise en place et l’exploitation des centres d’opérations aériennes en déploiement.

Environnement de travail

Les officiers des opérations aériennes peuvent être employés dans l’ensemble des Forces armées canadiennes (FAC), mais ils le sont généralement au sein de l’Aviation royale du Canada (ARC). Ils commencent généralement leur carrière dans des escadres ou des escadrons spatiaux ou aériens pour acquérir des connaissances propres à ces effectifs. Ensuite, ils peuvent s’orienter vers des domaines connexes ou offrir leur expertise dans le cadre d’activités opérationnelles et stratégiques. Ils peuvent également être employés dans des activités de mise sur pied de la force aussi diverses que la gestion de projets ou la détermination et le suivi des besoins.

Les officiers des opérations aériennes travaillent aux côtés d’officiers appartenant à d’autres groupes professionnels liés aux opérations aériennes. Ils apportent une perspective extérieure des aéronefs aux opérations de l’ARC pour compléter celle de ceux qui commencent leur parcours à l’ARC à l’intérieur des aéronefs. Ils peuvent être employés partout dans le monde, peu importe l’endroit où sont basées les opérations aériennes et spatiales, y compris à des quartiers généraux, à des aérodromes, sur des navires ou sur le terrain avec l’Armée canadienne. Ils offrent leur expertise dans les centres de coordination de sauvetage, les quartiers généraux et les bureaux de projet.

Emplois civils équivalents

Instruction

Après leur enrôlement, les officiers des opérations aériennes commencent leur carrière en obtenant la QMB(O) à l’École de leadership et de recrues des Forces canadiennes de Saint‑Jean-sur-Richelieu, au Québec. Ce cours dure 12 semaines. Les sujets abordés comprennent les connaissances militaires générales, les principes du leadership, les règlements et les coutumes des FAC, le maniement des armes de base et les premiers soins. Les candidats ont aussi la chance de mettre en pratique leurs nouvelles aptitudes militaires dans le cadre d’exercices d’entraînement consacrés à la protection des forces, à l’entraînement sur le terrain, à la navigation et au leadership. La QMB(O) comprend également un programme de conditionnement physique rigoureux qui constitue un élément essentiel. L’instruction se donne en français ou en anglais, et il est obligatoire de la réussir pour passer à l’étape suivante d’instruction et conserver son emploi.

À la suite de la QMB(O), des séances d’apprentissage d’une seconde langue officielle peuvent être offertes. Cette formation peut durer de deux à neuf mois, selon les capacités à communiquer dans une langue seconde.

Pour en savoir plus sur l’instruction de base ici.

Les officiers des opérations aériennes fréquentent le Collège Barker à Winnipeg, au Manitoba. Le cours élémentaire destiné aux officiers des opérations aériennes est en cours d’élaboration et il a une durée prévue d’environ 18 à 20 semaines. Cette instruction aide les candidats à se préparer à assumer les rôles et les responsabilités d’officier des opérations aériennes. Le cours comprend des exposés interactifs, des exercices guidés, des exercices pratiques, des démonstrations, de l’apprentissage à distance, des discussions guidées et des conférenciers. Pendant cette période, les officiers des opérations aériennes en formation reçoivent de l’instruction et de l’entraînement dans les domaines suivants :

  • Conduite des communications lors d’opérations aériennes;
  • Planification des opérations aériennes;
  • Gestion des opérations aériennes;
  • Gestion des activités aux aérodromes;
  • Coordination des plans d’intervention d’urgence;
  • Gestion d’opérations de recherche et sauvetage (SAR).

L’officier des opérations aériennes doit recevoir de l’instruction complémentaire; il doit notamment réussir le Programme de perfectionnement des officiers de la Force aérienne et le cours Opérations dans l’espace – Niveau élémentaire.

 

Au cours de leur carrière, les officiers des opérations aériennes qui démontrent les capacités et le potentiel requis se verront offrir de l’instruction de niveau avancé dans des domaines tels que les besoins en ressources aériennes, la navigabilité, la gestion de projet et les essais et évaluations opérationnels. Ils peuvent également avoir la possibilité de recevoir de l’instruction connexe pour les diplômés.

Programmes d’enrôlement

Si un candidat détient déjà un diplôme d’études universitaires, les FAC décident si son programme d’études remplit les critères du poste et peuvent l’envoyer directement à une formation en cours d’emploi après l’obtention de sa QMB(O).

Programme de formation des officiers de la Force régulière (PFOR)

En raison de l’obligation pour les officiers des FAC de détenir un diplôme universitaire, les FAC rémunèrent les recrues retenues pour qu’elles suivent un programme de baccalauréat au Collège militaire royal. Dans le cadre de ce programme d’enrôlement, les recrues reçoivent un salaire à temps plein, y compris des assurances médicales et dentaires, et ont droit à des vacances payées; ils doivent en retour travailler pour les FAC pendant une période établie. En règle générale, les candidats sélectionnés sont admis dans un collège militaire du Canada comme élève-officier, où ils étudient des matières pertinentes à leur carrière militaire et universitaire. Dans le cas d’une demande d’admission au PFOR, il est recommandé de postuler également dans d’autres universités canadiennes au cas où la demande serait refusée.

Renseignez-vous ici sur les programmes d’études payés.

Options à temps partiel

Il est également possible d’occuper le poste d’officier des opérations aériennes à temps partiel. Les réservistes travaillent généralement à temps partiel pour une escadrille de la Réserve aérienne ou un escadron intégré à l’escadre locale. Ils ne sont pas assujettis aux affectations ni aux déménagements militaires. Cependant, ils peuvent se porter volontaires pour déménager et travailler au sein d’une autre unité ou escadrille ou d’un autre escadron. Ils peuvent également se porter volontaires pour être déployés dans le cadre d’une mission militaire au Canada ou à l’étranger.

Les réservistes s’entraînent avec leur escadron ou leur escadrille d’appartenance de la Réserve aérienne afin de s’assurer qu’ils répondent aux normes professionnelles requises pour l’emploi. L’escadron ou l’escadrille d’appartenance de la Réserve aérienne prend les dispositions nécessaires si de l’instruction supplémentaire est requise pour l’acquisition de compétences particulières.

Il est également possible d’établir un « plan d’apprentissage individuel » pour suivre des cours menant à un diplôme universitaire utile au travail. Une fois le diplôme obtenu, le réserviste se voit rembourser jusqu’à 50 % des frais de scolarité et des autres frais obligatoires. Les frais de scolarité des cours réussis sont remboursés jusqu’à un maximum de 2 000 $ par an pendant 4 ans (total maximal de 8 000 $), à condition que l’étudiant ait été réserviste pendant toute la durée des cours.

Les réservistes de l’ARC servent à plein temps tout en terminant leur formation professionnelle. Ils travaillent généralement jusqu’à 12 jours par mois dans leur escadron ou leur escadrille d’appartenance de la Réserve aérienne. Ils reçoivent 92,8 % du taux de rémunération de la Force régulière et ont droit à un ensemble raisonnable d’avantages sociaux.