Explorez les carrières
Armée

Technicien / Technicienne des transmissions

Militaires du rang | Temps plein, Temps partiel


Postulez maintenant

Aperçu

Les techniciens des transmissions sont des spécialistes des technologies de télécommunication. Ils entretiennent, réparent, configurent, administrent et modifient des systèmes de communication de pointe. Ils font partie d’une vaste équipe qui fournit des services de communication et d’information aux Forces armées canadiennes (FAC) partout au pays et dans le monde.

Les techniciens des communications travaillent avec de l’équipement d’essai électronique spécialisé. Ils s’occupent de la maintenance corrective et préventive, du diagnostic, de la modification, de l’installation, de la configuration, de l’inspection et de l’administration des éléments suivants :

  • Systèmes de communication avec et sans fil

  • Technologies à large bande par radio, satellite ou micro-ondes

  • Technologies de localisation et de détection radar

  • Technologies à fibres optiques et à fil de cuivre à large bande

  • Défense, configuration et administration de réseaux de traitement de la voix et de données

Environnement de travail

Les techniciens des transmissions sont appelés à travailler à l’extérieur, dans des véhicules militaires et dans des ateliers de maintenance, ce qui donne lieu à des expériences et à des défis uniques. Ils travaillent partout au pays et dans le monde où les FAC sont présentes.

Aperçu de carrière

Transcription

TITRE:

Technicien / Technicienne des transmissions

CAPORAL-CHEF HAEBE BAGUIDY : Je suis le caporal-chef Haebe Baguidy de Montréal, technicien des transmissions au Quartier général et escadron des transmissions, à Valcartier.

Les techniciens des transmissions travaillent avec de l’équipement et des technologies de pointe afin de fournir et de maintenir l’infrastructure de base des communications de l’Armée canadienne.

CAPORAL-CHEF HAEBE BAGUIDY : Notre travail consiste à s’assurer que le système des communications des Forces armées terrestres est toujours opérationnel. C’est-à-dire qu’on va faire l’inspection de tout ce qui est véhiculaire, tout ce qui est communications, satellites, tout ce qui est communications entre deux campements – c’est là-dessus qu’on va s’assurer que ces équipements-là sont opérationnels en cas de déploiements et pour les exercices. Je dirais que, généralement, c’est pas mal notre lot quotidien d’essayer de trouver des solutions à presque tous les problèmes de communication. Donc, si les communications sont pas là et sont pas fonctionnelles, elles sont pas opérationnelles, ça peut faire une différence en temps de guerre.

Au quotidien, les techniciens des transmissions assurent la sécurité du réseau dans les bases partout au Canada et supervisent la maintenance de l’équipement, des systèmes téléphoniques et de l’équipement radio. Ils programment, configurent et installent tout l’équipement de communication tactique, et recherchent les causes des pannes. Ils effectuent aussi toutes les tâches liées aux TI, notamment l’installation et la réparation des câbles, l’analyse de l’équipement défectueux à l’aide de l’équipement d’essai, ou la réalisation d’inspections techniques liées à la sécurité des TI.

CAPORAL-CHEF HAEBE BAGUIDY : Ça demande de la logique, ça demande de la débrouillardise, ça demande de l’analyse des situations afin de pouvoir prendre des décisions, puis un certain calme. Parce que veut / veut pas, en tant que technicien, les opérateurs veulent tout le temps que leur équipement marche, mais si on plie sous le stress, c’est là qu’on règle pas les problèmes. J’ai fait 5 ans avec l’artillerie, 5e Régiment d’artillerie légère du Canada à Québec, et souvent les artilleurs c’est du monde qui ont besoin de tirer, mais pour tirer, ils ont besoin d’avoir des communications. Alors souvent, c’est pressant, c’est maintenant, il faut que ça marche, alors quand ça marche puis qu’ils peuvent tirer, ils sont extrêmement satisfaits.

CAPORAL-CHEF HAEBE BAGUIDY : C’est d’avoir quelque chose qui marche pas puis de vouloir faire en sorte qu’il marche, fait que c’est comme un challenge de se battre contre un appareil que, probablement, il veut pas marcher, mais nous autres on est là pour savoir pourquoi il marche pas. Je suis quelqu’un qui aime beaucoup les activités logiques, alors ça vient me chercher. C’est comme un casse-tête à monter en fin de compte.

Après avoir obtenu leur qualification, les techniciens des transmissions sont affectés à une brigade, une base ou une unité qui peut se trouver n’importe où au Canada. Les réservistes remplissent les mêmes fonctions dans 23 unités des transmissions de la Réserve de l’Armée de terre dans le pays. Au début de leur carrière, les techniciens des transmissions doivent suivre de l’instruction en cours d’emploi pendant plusieurs mois tout en étant jumelés à d’autres techniciens des transmissions d’expérience.

CAPORAL-CHEF HAEBE BAGUIDY : C’est sûr qu’un soldat qui arrive dans un atelier ne sera pas livré à lui-même puis on va pas lui donner une radio ou un véhicule à inspecter tout seul. Il va toujours être accompagné d’un caporal ou un soldat sénior qui connaît le fonctionnement, qui sait comment on opère, pour l’amener justement à être plus à l’aise avec l’équipement. Parce que, une fois qu’on sort de la formation, oui on en connaît, mais à force de travailler dedans, c’est là qu’on apprend des techniques puis qu’on est plus solides avec le temps.

Pour maintenir l’ensemble de leurs compétences hautement adaptatives, les techniciens des transmissions doivent fréquemment voyager tout au long de l’année afin de participer à des exercices et à des cours de formation. Ils doivent suivre l’instruction visant une disponibilité opérationnelle élevée avec leur brigade et s’attendre à participer à des déploiements à l’étranger.

CAPORAL-CHEF HAEBE BAGUIDY : Mon but ultime, en plus du travail et du plaisir du travail, c’est de pouvoir voyager. Je voulais voir le reste du Canada, voir à quoi ça ressemblait. J’ai été en Alberta, j’ai été à Yellowknife, j’ai été en Allemagne, j’ai été en Afghanistan. J’en ai vu des pays. C’est l’fun de pouvoir travailler, mais c’est encore plus l’fun d’apprendre à connaître d’autres cultures, d’autres manières de vivre et de penser, alors ça j’ai trouvé ça très enrichissant.

Emplois civils équivalents

  • Gestionnaire des services de télécommunication
  • Technologues en génie électronique et électrique
  • Techniciens en génie électronique et électrique
  • Électroniciens d’entretien

Instruction

La première étape de l’instruction est le cours de qualification militaire de base (QMB), ou instruction de base, donné à l’École de leadership et de recrues des Forces canadiennes à Saint-Jean-sur-Richelieu, au Québec. Cette instruction permet d’acquérir les compétences et les connaissances élémentaires communes à tous les groupes professionnels militaires. Elle est exigeante physiquement puisque l’un des objectifs du cours est de veiller à ce que toutes les recrues respectent la norme d’aptitude physique des FAC.

Après l’instruction de base, les recrues de l’Armée doivent se rendre à un centre d’entraînement militaire pour suivre le cours de qualification militaire de base – Terre. Ce cours d’une durée approximative d’un mois porte sur les sujets suivants :

  • Condition physique des membres de l’Armée

  • Opérations offensives et défensives débarquées

  • Patrouilles de reconnaissance

  • Techniques individuelles de campagne

Pour en savoir plus sur l’instruction de base ici.

Les techniciens des transmissions sont formés à l’École d’électronique et des communications des Forces canadiennes à Kingston, en Ontario. L’instruction dure environ 16 mois et se divise en deux parties. La première partie est équivalente à un programme de technique en génie électronique de deux ans et porte sur les compétences et connaissances suivantes :

  • Théorie de l’électronique et de l’électricité

  • Théorie de l’électronique numérique

  • Appareils et processus de traitement des transmissions

  • Théorie de l’alimentation électrique

  • Théorie des systèmes radio et d’antennes

  • Théorie des systèmes satellite et à micro-ondes

  • Utilisation d’instruments d’essai de base et de pointe

La deuxième partie du programme est axée sur l’équipement et les systèmes de communication. Vous acquerrez les compétences et connaissances suivantes :

  • Communications radio et sécurité de l’information

  • Installation et utilisation de systèmes de communication et d’information

  • Maintenance et utilisation de groupes électrogènes

  • Techniques de maintenance et de réparation d’équipement et de systèmes de communication

  • Installation et maintenance de systèmes de communication à fibres optiques ou à fil de cuivre

  • Concepts de routage et de commutation de base

  • Utilisation d’instruments d’essai d’équipement radio de pointe

Les techniciens des transmissions peuvent se voir offrir la possibilité d’acquérir des compétences spécialisées au moyen de cours magistraux militaires et civils et d’une formation en cours d’emploi, notamment dans les domaines suivants :

  • Utilisation et maintenance d’équipement cryptographique

  • Utilisation et maintenance de systèmes et d’équipement de guerre électronique

  • Utilisation et maintenance d’équipement de lutte contre les dispositifs explosifs de circonstance radiocommandés

  • Utilisation et maintenance de terminaux satellite

  • Utilisation et maintenance d’équipement de défense antimissile et de détection de missiles

  • Utilisation et maintenance de géoradars

  • Utilisation, programmation, configuration et maintenance de routeurs et de commutateurs de base

  • Utilisation et maintenance de logiciels et de micrologiciels, y compris des radios logicielles

 

À mesure qu’ils progressent dans leur carrière, les techniciens des transmissions qui ont les aptitudes et le potentiel voulus se verront offrir des occasions d’instruction de niveau avancé. Les cours offerts comprennent :

  • Inspecteur de la sécurité des communications techniques

  • Cours sur le leadership

  • Gestionnaire du cycle de vie du matériel

Programmes d’enrôlement

Ce poste exige que les candidats aient terminé au minimum leur 10e année ou leur secondaire IV au Québec, conformément aux normes provinciales. Il est possible que les études à l’étranger soient reconnues.

Options à temps partiel

Ce poste est offert comme emploi à temps partiel auprès de la Première réserve à certains endroits au Canada. En règle générale, les réservistes servent à temps partiel au sein d’une unité militaire dans leur collectivité et à une base militaire de la région où ils habitent. Ils peuvent effectuer leur service pendant qu’ils sont aux études ou qu’ils occupent un emploi civil. Ils sont rémunérés durant leur instruction et ne sont pas tenus de déménager. Toutefois, ils peuvent se porter volontaires pour déménager ou pour participer à des déploiements au Canada ou à l’étranger.

Les techniciens des transmissions de la Réserve travaillent pour l’Armée canadienne et fournissent des infrastructures de communication rapides et fiables avec ou sans fil aux unités militaires dans le cadre de l’instruction et des opérations. Lorsqu’ils sont employés à temps partiel ou pour une durée déterminée, ils servent habituellement au sein d’une unité de la Réserve de l’Armée canadienne dans leur collectivité.

Les réservistes occupant ce poste reçoivent le même niveau d’instruction que leurs homologues de la Force régulière. Ils commencent généralement leur instruction à leur unité d’appartenance, afin qu’on s’assure qu’ils répondent aux normes militaires professionnelles de base. Au terme de leur instruction militaire de base, ils sont inscrits à l’instruction propre à leur GPM. L’instruction des techniciens des transmissions dure environ 16 mois et a lieu à l’École d’électronique et des communications des Forces canadiennes située à Kingston, en Ontario.

Les techniciens des transmissions de la Réserve effectuent habituellement leur service à temps partiel auprès de leur unité d’appartenance le soir et la fin de semaine, suivant un horaire établi. Ils peuvent également servir à temps plein dans certaines unités pour une durée déterminée, selon le type de travail requis. La plupart des techniciens des transmissions travaillent dans un environnement d’atelier à l’intérieur d’un bâtiment ou dans un véhicule militaire. Ils reçoivent 92,8 pour cent du taux de rémunération des membres de la Force régulière, ont droit à des avantages sociaux et peuvent cotiser à un régime de pension.