Explorez les carrières
Armée

Opérateur des transmissions

Militaires du rang | Temps plein, Temps partiel


Posez votre candidature maintenant

Aperçu

Les opérateurs des transmissions fournissent des systèmes d’information et de communication fiables avec ou sans fil au moyen de systèmes de traitement de la voix et de données de pointe. Ils font partie d’une vaste équipe qui fournit des services de communication et d’information aux unités de l’Armée et aux Forces armées canadiennes (FAC) partout au pays et dans le monde.

Ils sont des spécialistes de l’installation, de l’enlèvement, du dépannage et de l’utilisation de systèmes d’information et de communication de pointe, notamment :

  • Systèmes d’information et de communication avec ou sans fil
  • Sytèmes radio, satellites ou à micro-ondes à large bande;
  • Technologies à fibres optiques et à fil de cuivre à large bande
  • Systèmes de traitement de la voix et de données.

Environnement de travail

Les opérateurs des transmissions sont appelés à travailler à l’extérieur, dans des véhicules militaires et dans des abris temporaires (p. ex. des tentes), ce qui donne lieu à des expériences et à des défis uniques. Ils travaillent partout au pays et dans le monde où les FAC sont présentes.

Aperçu de carrière

Transcription

CAPORAL-CHEF KARIM ABDOU : Je suis le caporal-chef Karim Abdou de Saint-Bruno-de-Montarville. Je suis opérateur des transmissions présentement muté à l’École des communications et de l’électronique des Forces canadiennes à Kingston, Ontario.

Les opérateurs des transmissions fournissent des services essentiels à toutes les opérations de l’Armée canadienne. Ils offrent des services qui permettent aux militaires de communiquer entre eux dans la zone d’opérations d’une mission. Les opérateurs des transmissions contribuent également au bon fonctionnement des systèmes utilisés dans le cadre des évacuations d’urgence. Ils doivent exécuter parfaitement chacune de leurs tâches et sont responsables de mettre en place des réseaux de communication précis afin d’assurer la synchronisation dans le cadre d’une mission.

CAPORAL-CHEF KARIM ABDOU : Sans communication, sur un champ de bataille, dans un exercice, en opérations, la confusion qui peut se passer, surtout entre la chaîne de commandement, entre le commandant de chaque unité, le commandant de la brigade — c’est pas possible pour lui de parler à ses soldats qui sont sur le terrain; ça peut créer des grosses confusions.

Les opérateurs des transmissions peuvent également être affectés à l’infanterie, à l’Arme blindée, à l’artillerie, aux forces d’opérations spéciales ou à d’autres unités.

Les opérateurs des transmissions utilisent certains des équipements de communication les plus modernes au monde : radios numériques à haute fréquence, émetteurs portatifs, systèmes par satellite et réseaux informatiques. Ils assemblent de grandes antennes afin de mettre en place des systèmes de communication radiotéléphonique et de communication de données, une tâche qui nécessite des connaissances et un savoir-faire techniques complexes.

CAPORAL-CHEF KARIM ABDOU : On peut s’attendre à travailler avec des systèmes de radio-fréquence, des systèmes micro-ondes, que ça soit pour la voix, la donnée; évidemment, les systèmes satellites aussi — tout ce qui peut apporter des communications à courte et longue portée pour le commandant.

Les systèmes de communication couvrent toute la zone d’opérations d’une mission et sont utilisés dans le cadre des communications entre les stations terrestres et des communications sol-air.

CAPORAL-CHEF KARIM ABDOU : Dans un milieu démonté, par exemple avec l’infanterie, on peut s’attendre à travailler à pied; si la semaine d’après, on est dans un poste de commandement, on peut rester à l’intérieur pendant plusieurs heures sur un « shift » radio. On peut s’attendre aussi avec les ingénieurs d’être en véhicule, d’être à pied. Donc, chaque unité est différente; notre métier reste le même mais il y a pas de routine quand on parle d’établir des communications et de les maintenir.

 

 

 

 

CAPORAL-CHEF KARIM ABDOU : C’est très intéressant d’être sur la radio, parce qu’on peut entendre tout ce qui se passe sur un réseau de commandement, par exemple. Le soldat va être au courant de tout ce qui se passe pendant la bataille, les ordres qui sont passés, comment l’Armée fonctionne en général. Donc, il est vraiment comme un système nerveux sur toutes les communications, puis ce qui se passe, les procédures au niveau du champ de bataille puis du commandement.

Après avoir suivi l’instruction professionnelle principale, les opérateurs des transmissions sont généralement affectés à une unité de l’une des trois brigades du Canada ou au Régiment des transmissions interarmées, à Kingston, où ils suivront de l’instruction en milieu de travail.

Dans le cadre de leurs fonctions, ils doivent régulièrement passer du temps en campagne et participer à des exercices, habituellement à raison de quelques mois par année.

CAPORAL-CHEF KARIM ABDOU : Dans la plupart des déploiements-opérations, on va être les premiers arrivés puis on va être les derniers à partir parce que les communications doivent être présentes tout au long de l’exercice, opération ou déploiement. Évidemment, quand on part puis on est les derniers à partir, on sait que c’est terminé, c’est extrêmement gratifiant de savoir que ça s’est bien passé tout au long de l’exercice.

Les réservistes agissent également en qualité d’opérateurs des transmissions dans l’une des 23 unités de transmissions de la Réserve de l’Armée de terre dans l’ensemble du pays.

Les opérateurs des transmissions doivent suivre l’instruction menant au haut niveau de préparation avec leur brigade et s’attendre à participer à des déploiements à l’étranger tous les deux ou trois ans.

Les personnes curieuses qui aiment la technologie et qui ont la volonté d’acquérir de nouvelles connaissances sont tout désignées pour ce poste.

CAPORAL-CHEF KARIM ABDOU : La technologie est constamment en évolution; le travail qu’on a besoin de faire est complètement en évolution et si on change d’unité aussi, on peut pas s’attendre à faire tout le temps la même job pendant plusieurs années, le même travail.

CAPORAL-CHEF KARIM ABDOU : Depuis que je suis jeune, tout ce qui est : les jeux vidéo, les ordinateurs… donc, tout ce qui est technologie, c’est quelque chose qui m’intéressait beaucoup. En plus de ça, le côté militaire, où il y a pas de routine, travailler à l’extérieur, la camaraderie — donc, les deux mélangés ensemble ont fait que le métier d’opérateur des transmissions est vraiment le bon pour moi.

Emplois civils équivalents

  • Opérateur et gestionnaire des télécommunications
  • Analyste des systèmes d’information
  • Technicien/réparateur/installateur de lignes
  • Technicien/technologue en génie électronique

Instruction

La première étape de l’instruction est le cours de qualification militaire de base (QMB), ou instruction de base, donné à l’École de leadership et de recrues des Forces canadiennes à Saint-Jean-sur-Richelieu, au Québec. Cette instruction permet d’acquérir les compétences et les connaissances élémentaires communes à tous les groupes professionnels militaires. Elle est exigeante physiquement puisque l’un des objectifs du cours est de veiller à ce que toutes les recrues respectent la norme d’aptitude physique des FAC.

Après l’instruction de base, les recrues de l’Armée doivent se rendre à un centre d’entraînement militaire pour suivre le cours de qualification militaire de base – Terre. Ce cours d’une durée approximative d’un mois porte sur les sujets suivants :

  • Condition physique des membres de l’Armée
  • Opérations offensives et défensives débarquées
  • Patrouilles de reconnaissance
  • Techniques individuelles de campagne

Pour en savoir plus sur l’instruction de base ici.

Les opérateurs des transmissions sont formés à l’École d’électronique et des communications des Forces canadiennes à Kingston, en Ontario. L’instruction dure environ 19 semaines et porte sur les compétences et des connaissances de base suivantes :

  • Politiques et procédures de sécurité des communications
  • Systèmes de communication tactiques filaires
  • Systèmes générateurs d’électricité portatifs
  • Systèmes de radiocommunication VHF et HF
  • Système de communication par satellite
  • Analyste du bureau de service

Les opérateurs des transmissions peuvent se voir offrir la possibilité d’acquérir des compétences spécialisées au moyen de cours magistraux et d’une formation en cours d’emploi, notamment dans les domaines suivants :

  • Matériel cryptographique
  • Systèmes de communication par satellite de pointe
  • Systèmes de communication à micro-ondes à visibilité directe
  • Techniques d’instruction

À mesure qu’ils progressent dans leur carrière, les opérateurs des transmissions qui ont les aptitudes et le potentiel pourraient se voir offrir des occasions d’instruction de niveau avancé. Les cours offerts comprennent :

  • Utilisation avancée des véhicules militaires (formation des conducteurs)
  • Systèmes de télécommunication avancés
  • Conception pédagogique
  • Leadership et gestion 

Programmes d’enrôlement

Ce poste exige que les candidats aient terminé au minimum leur 10e année ou leur secondaire IV au Québec, conformément aux normes provinciales. Il est possible que les études à l’étranger soient reconnues.

Options à temps partiel

Ce poste est offert comme emploi à temps partiel auprès de la Première réserve à certains endroits au Canada. En règle générale, les réservistes servent à temps partiel au sein d’une unité militaire dans leur collectivité et à une base militaire de la région où ils habitent. Ils peuvent effectuer leur service pendant qu’ils sont aux études ou qu’ils occupent un emploi civil. Ils sont rémunérés durant leur instruction et ne sont pas tenus de déménager. Toutefois, ils peuvent se porter volontaires pour déménager ou pour participer à des déploiements au Canada ou à l’étranger.

Les opérateurs des transmissions de la Réserve travaillent pour l’Armée canadienne et fournissent des infrastructures de communication rapides et fiables avec ou sans fil aux unités militaires dans le cadre de l’instruction et des opérations. Lorsqu’ils sont employés à temps partiel ou pour une durée déterminée, ils servent habituellement au sein d’une unité de la Réserve de l’Armée canadienne dans leur collectivité.

Les réservistes reçoivent le même niveau d’instruction que leurs homologues de la Force régulière. Ils commencent généralement leur instruction à leur unité d’appartenance, afin qu’on s’assure qu’ils répondent aux normes militaires professionnelles de base. Au terme de leur instruction militaire de base, ils sont inscrits à l’instruction propre à leur GPM. L’instruction des opérateurs des transmissions dure environ 19 semaines et a lieu à un centre d’instruction régional ou à l’École d’électronique et des communications des Forces canadiennes située à Kingston, en Ontario. Les 19 semaines d’instruction peuvent être divisées en modules pour tenir compte des contraintes des candidats occupant un emploi civil ou aux études à temps plein.

Les opérateurs des transmissions de la Réserve effectuent habituellement leur service à temps partiel auprès de leur unité d’appartenance le soir et la fin de semaine, suivant un horaire établi. Ils peuvent également servir à temps plein dans certaines unités pour une durée déterminée, selon le type de travail requis. La plupart des opérateurs des transmissions travaillent à la fois en campagne et en garnison (bureaux), et pourraient être appelés à conduire des véhicules militaires. Ils reçoivent 92,8 pour cent du taux de rémunération de la Force régulière, ont droit à des avantages sociaux raisonnables et peuvent avoir le droit de cotiser à un régime de pension.