Passer au contenu principal
Explorez les carrières
Armée Aviation Marine

Officier / Officière du développement de l’instruction

OFFICIER(ÈRE) | Temps plein, Temps partiel


Postulez maintenant

Aperçu

Les officiers(ères) du développement de l’instruction offrent des directives et des conseils concernant l’approche systémique de l’instruction et de l’éducation ainsi qu’au sujet du système de l’instruction individuelle et de l’éducation des Forces canadiennes.

En tant qu’experts des programmes de formation, d’éducation et de perfectionnement professionnel dans les forces armées, ils assurent un contrôle qualitatif et quantitatif de l’instruction, notamment en orientant le développement ainsi qu’en gérant et en offrant des solutions de formation. Les officiers(ères) du développement de l’instruction sont chargés de donner des cours dans divers contextes scolaires et de gérer le matériel d’apprentissage. Ils ont aussi la responsabilité de faire des travaux de recherche et de développement en performance humaine, soit en analysant les exigences professionnelles, en définissant les besoins organisationnels, en proposant des solutions aux problèmes de rendement et en les mettant en application.

Environnement de travail

Les officiers(ères) du développement de l’instruction travaillent habituellement dans les bureaux des écoles, les unités, les bases, les centres de commandement des Forces armées canadiennes (FAC) ou au quartier général de la Défense nationale. Ils peuvent aussi participer à des déploiements afin d’appuyer des opérations ou des missions militaires.

Aperçu de carrière

Transcription

Officier du développement de l’instruction

LIEUTENANT DE VAISSEAU CAROLINE KIROUAC : Je suis lieutenant de vaisseau Caroline Kirouac de L’Islet, Québec, officier du développement de l’instruction présentement employée au département du sous-ministre adjoint (Matériels), à Ottawa.

Les Forces armées canadiennes sont reconnues dans le monde entier pour leur système d’instruction de premier ordre. Les officiers du développement de l’instruction se trouvent au cœur de ce système et s’efforcent de faire en sorte que les membres des Forces armées canadiennes soient les militaires les mieux formés au monde.

LIEUTENANT DE VAISSEAU CAROLINE KIROUAC : On est des experts en programmes d’information, autant au niveau de l’instruction individuelle que collective. Notre but est toujours de maximiser l’instruction qui est donnée pour n’importe quel métier au sein des Forces armées canadiennes.

Les officiers du développement de l’instruction jouent un rôle essentiel en veillant à ce que l’instruction de tous les militaires soit aussi efficace que possible.

LIEUTENANT DE VAISSEAU CAROLINE KIROUAC : En fait, on veut s’assurer que les militaires sont formés au bon moment, au bon endroit, et qu’ils possèdent toutes les connaissances et compétences pour effectuer leur métier de façon sécuritaire.

Les officiers du développement de l’instruction agissent également à titre de conseillers auprès des leaders supérieurs. Ils proposent des idées et des analyses sur la meilleure façon d’assurer l’instruction des militaires afin de satisfaire aux besoins des missions canadiennes, tant au pays qu’à l’étranger. Les officiers du développement de l’instruction déploient des efforts à tous les niveaux de l’instruction militaire — de l’acquisition d’avions de chasse ou de navires de guerre à la collaboration directe avec le personnel d’instruction de divers établissements d’instruction à l’échelle du pays.

LIEUTENANT DE VAISSEAU CAROLINE KIROUAC : Je dois tout de même conseiller les établissements de l’instruction même si j’ai pas de connaissances antérieures du métier — mais seulement en allant décortiquer les tâches pour chaque cours, les tâches pour chaque métier, je suis quand même en mesure de participer à l’instruction de n’importe quel corps de métier dans les Forces armées canadiennes.

Les officiers du développement de l’instruction sont fidèles à leur devise d’être « toujours à la fine pointe » et s’efforcent d’élaborer et d’améliorer les programmes d’instruction du personnel des Forces armées canadiennes. Ils sont affectés aux quartiers généraux et aux établissements d’instruction du Canada et participent à des déploiements à l’étranger dans le cadre d’opérations. Les officiers du développement peuvent notamment être chargés d’élaborer des plans stratégiques de haut niveau et de collaborer avec des instructeurs afin de concevoir un simulateur tactique haut de gamme.

LIEUTENANT DE VAISSEAU CAROLINE KIROUAC : J’adore l’utilisation de la technologie, la techno-pédagogie. Mon but à tous les jours c’est vraiment de maximiser l’utilisation de la simulation, donc, et de voir quel est l’effet sur le développement des compétences, des connaissances lorsqu’un individu apprend son métier.

 Après avoir terminé leur instruction professionnelle, les officiers du développement de l’instruction sont généralement affectés à l’un des établissements ou à l’une des écoles d’instruction militaire du Canada.

LIEUTENANT DE VAISSEAU CAROLINE KIROUAC : C’est là, justement, où on va aller suivre des étudiants, participer à l’évaluation des étudiants, s’assurer que les cours suivent la norme qui est établie dans les plans de formation. Ensuite, c’est vraiment vaste comme possibilités d’emploi : on pourra aller soit au niveau des projets majeurs de la Défense nationale. Par exemple, on peut participer à un projet qui va aller acheter une nouvelle capabilité. Par exemple, ça peut aller autant d’un radio, ça peut également aller au niveau des avions, des navires de guerre. Donc, les possibilités sont énormes au sein du métier.

Leurs tâches essentielles comprennent l’analyse initiale afin de définir les besoins en matière d’instruction, ainsi que la conception, l’élaboration et l’évaluation des plans d’instruction et des leçons. Les officiers du développement de l’instruction élaborent également le perfectionnement professionnel du personnel et contribuent à intégrer la technologie éducative dans les salles de classe.

LIEUTENANT DE VAISSEAU CAROLINE KIROUAC : C’est certain que l’utilisation de la techno-pédagogie, je dirais qu’il y a beaucoup d’engouement au niveau des jeunes membres des Forces armées canadiennes. Donc, c’est certain que la technologie fait partie de nos vies quotidiennes. Donc, de l’inclure dans leur instruction, ça donne une petite motivation.

LIEUTENANT DE VAISSEAU CAROLINE KIROUAC : Ce que j’aime le plus de mon travail, c’est le défi que j’ai à chaque jour. C’est certain que je suis régulièrement sortie de ma zone de confort. J’ai énormément appris, et j’ai énormément à apprendre encore.

 

Emplois civils équivalents

  • Spécialiste ou concepteur(trice) pédagogique de l’apprentissage en ligne
  • Concepteur(trice) pédagogique ou directeur(trice) de la conception pédagogique
  • Formateur(trice) ou instructeur(trice)
  • Préparateur(trice) de programmes d’études ou concepteur
  • Conseiller(ère) en formation
  • Gestionnaire des technologies de l’apprentissage
  • Évaluateur(trice) de programmes ou de la qualité (contrôle de la qualité)

Instruction

Après votre enrôlement, vous commencerez la qualification militaire de base des officiers de 12 semaines à l’École de leadership et de recrues des Forces canadiennes de Saint-Jean-sur-Richelieu, au Québec. Les sujets abordés comprennent les connaissances militaires générales, les principes du leadership, les règlements et coutumes des Forces, le maniement des armes de base et les premiers soins. Vous aurez la possibilité de mettre en application les compétences militaires nouvellement acquises dans le cadre d’exercices d’entraînement portant sur la protection de la force, l’instruction appliquée, la navigation et le leadership. Vous participerez également à un programme rigoureux de sports et de conditionnement physique. Le cours de QMBO est offert en anglais ou en français et sa réussite constitue un préalable à la poursuite de l’instruction.

À la suite de la formation de base des officiers, une formation en seconde langue officielle peut vous être offerte. La formation peut durer de deux à neuf mois selon vos compétences en langue seconde.

Pour en savoir plus sur l’instruction de base ici.

Vous recevrez une formation approfondie, d’une durée de cinq mois, à Borden, en Ontario, portant sur les responsabilités spécifiques de l’emploi. Le cours vous permettra de vous faire une bonne idée du système de l’instruction individuelle et de l’éducation des Forces canadiennes et de l’approche systémique de l’instruction.

Par la suite, vous suivrez une formation en cours d’emploi, d’une durée de trois mois, sur une base au Canada, sous la supervision d’un officier sénior du développement de l’instruction. Pendant cette partie de la formation, vous serez amenés à utiliser et à consolider les connaissances et les compétences acquises antérieurement pour résoudre des problèmes d’instruction et d’éducation.

Vous pourriez avoir la possibilité d’acquérir des compétences spécialisées par l’intermédiaire de cours magistraux ou d’une formation en cours d’emploi, y compris une formation pour diplômés dans une université canadienne reconnue.

Programmes d’enrôlement

Pour être admissible à ce poste, vous devez détenir de préférence une maîtrise en éducation et avoir trois ans d’expérience à plein temps comme consultant en éducation ou en formation.

Si vous détenez un baccalauréat en éducation, en formation des adultes, en ressources humaines ou en gestion des ressources humaines, en éducation physique, en formation professionnelle ou dans un programme connexe, et que vous avez au moins un an d’expérience à temps plein comme enseignant, formateur, préparateur de programmes d’études ou dans un domaine semblable, les FAC détermineront si votre expérience est adéquate pour ce type d’emploi. Vous pourriez ainsi être envoyé directement à une formation en cours d’emploi à la suite de votre qualification militaire de base des officiers. Vous devez avoir réussi cette qualification avant d’être affecté au poste.

Programme de formation des officiers de la Force régulière (PFOR)

En raison de l’obligation pour les officiers(ères) des FAC d’avoir un diplôme universitaire, les FAC subventionnent leurs études de premier cycle au Collège militaire royal. Les personnes admises ont droit à un salaire, à un régime de soins médicaux et dentaires, de même qu’à des vacances payées; ils doivent en retour servir dans les FAC pendant une période déterminée. En règle générale, les personnes admises sont nommées élèves-officiers en intégrant le programme du Collège militaire du Canada, où elles étudient des matières pertinentes à leur carrière militaire et universitaire. Dans de rares circonstances, selon les besoins des FAC, les élèves-officiers peuvent être autorisés à fréquenter une autre université canadienne. La décision sera prise au cas par cas. Si une carrière dans les FAC vous intéresse, y compris des études subventionnées, vous devez faire une demande d’admission au collège militaire du Canada, mais nous vous recommandons de postuler également dans d’autres universités canadiennes, au cas où vous ne seriez pas admis au PFOR.

Renseignez-vous ici sur les programmes d’études subventionnées.

Options à temps partiel

Cette possibilité d’emploi à temps partiel est offerte auprès de la Première réserve, à certains endroits au Canada. En règle générale, les membres de la Force de réserve servent à temps partiel au sein d’une unité militaire dans leur communauté et peuvent effectuer leur service pendant qu’ils sont aux études ou qu’ils occupent un emploi civil. Ils sont payés durant leur instruction. Ils ne sont pas assujettis aux affectations ni aux déménagements militaires. Toutefois, ils peuvent se porter volontaires pour déménager à une autre base ou pour être déployés au Canada ou à l’étranger dans le cadre de missions militaires.

Les officiers / officières du développement de l’instruction de la Réserve (ODI) seront assignés et appartiendront à une division locale de la Réserve navale ou à une unité de la Réserve de l'armée canadienne. Toutefois, l'emploi est géré de façon centrale, soit au niveau de la brigade (armée canadienne), soit par le Groupe d'instruction du personnel de la marine (MRC). Les ODI de la Réserve seront employés au niveau régional pour aider à améliorer les diverses activités d'entraînement individuel et collectif qui se déroulent dans leur zone géographique. Il peut s'agir de tout ce qui peut être utile dans le but d’aider les instructeur(trice)s à améliorer leurs méthodes d'enseignement ou de formation, évaluer l'apprentissage des étudiant(e)s, aider à l'élaboration de programmes d'études, améliorer l'évaluation des étudiant(e)s et/ou évaluer des exercices d'entraînement pour s'assurer que les objectifs de l'exercice ont été atteints.  Les ODI de la Réserve auront également la possibilité de passer d'un emploi à temps partiel à un emploi à temps plein dans le cadre de contrats à durée déterminée.

La formation sera offerte à temps partiel ou à temps plein et sera adaptée à l’horaire du membre de la Réserve. Un éventail de stratégies d’enseignements sera utilisé, comprenant de la formation et du mentorat assurés par des ODI expérimentés qui se trouvent dans la même région géographique, et la possibilité de suivre les cours officiels d’instruction individuelle et d’éducation des Forces armées canadiennes ainsi que de participer au cours à temps plein d’ODI  au Centre de développement de l’instruction des Forces canadiennes situé à la Base des Forces canadiennes Borden. Quel que soit le volet de la formation, tous les programmes d’instruction des ODI de la Réserve seront approuvés et évalués par le Centre de développement de l’instruction des Forces canadiennes et, à l’issue du processus, tous les officiers(ères)  seront tenus d’obtenir la pleine qualification d’ODI. Lorsqu’ils se joindront à la formation, les ODI de la Réserve auront l’occasion de faire évaluer leurs acquis et leurs compétences, ce qui peut mener à la leur reconnaissance et à l’obtention de qualifications.

En règle générale, les membres de la Force de réserve effectuent leur service à temps partiel au sein de leur unité d’attache, le soir et la fin de semaine, suivant un horaire établi. Toutefois, ils peuvent également effectuer leur service en occupant des postes à temps plein au sein de certaines unités pour des périodes déterminées, selon la nature des tâches à exécuter. Ils reçoivent 92.8 % du taux de rémunération de la Force régulière, ont droit à des avantages sociaux raisonnables et peuvent être admissibles à contribuer à un régime de pension.