Temps plein | Temps partiel | Officier

Pharmacien

Posez votre candidature maintenant

Aperçu

Les pharmaciens offrent des soins pharmaceutiques aux membres des Forces armées canadiennes (FAC). Ils doivent plus particulièrement connaître les effets thérapeutiques des médicaments dans les situations d’urgence, les soins intensifs, la gestion de la douleur, les maladies infectieuses et les contre-mesures en cas de guerre chimique, biologique et nucléaire. Les pharmaciens doivent aussi être en mesure de résoudre des problèmes complexes liés aux médicaments.

Le rôle des pharmaciens est en constante évolution et ne se limite plus à la distribution de médicaments. Ils doivent consacrer du temps à la consultation des patients, des médecins et d’autres professionnels de la santé. On attend d’eux qu’ils participent à la formation des internes et des étudiants en pharmacie, siègent à des comités consultatifs et professionnels et entretiennent leurs compétences cliniques grâce à des initiatives d’apprentissage autodidactes et structurées. Ils s’occupent aussi de la gestion des fournitures médicales et d’équipement médical.

Environnement de travail

Les pharmaciens assurent des services de pharmacie dans des cliniques de santé partout au Canada. Après un premier emploi à titre de pharmacien clinique, ils peuvent être affectés dans un dépôt médical ou dans une unité médicale sur le terrain. Ils sont exposés à des situations cliniques difficiles et sont également tenus de jouer un rôle de chef de file, d’administrateur et de gestionnaire de matériel.

Transcription

TITRE:

Pharmacien / Pharmacienne

Je suis le major Chantal Brisebois, originaire de Québec. Je suis pharmacienne militaire au quartier général des services de santé des Forces canadiennes à Ottawa.

Et je suis le capitaine Marilyn Bernier de Matane, Québec. Je suis pharmacienne militaire à la clinique médicale canadienne de Geilenkirchen, en Allemagne.

BERNIER: Les pharmaciens militaires sont des membres actifs de l’équipe du Service de santé des Forces canadiennes. Ils ont des responsabilités exigeantes et variées, qui vont bien au-delà de la simple distribution d’ordonnances.

BRISEBOIS : On exerce notre profession dans les bases au pays. On gère l’achat et la distribution des médicaments et de l’équipement clinique. On participe aux déploiements à l’étranger avec les troupes où on s’assure que les médecins, le personnel infirmier et les divers techniciens qui prennent soin des militaires ont tout ce qu’il leur faut.

BERNIER : Être déployé exige une formation intensive en médecine d’urgence, en traumatologie, en soulagement de la douleur et en traitement des maladies infectieuses spécifiques à chaque endroit.

BRISEBOIS : Le pharmacien militaire accompagne les médecins qui font leurs rondes. Chaque matin, on est aux soins intensifs pour prendre des décisions concernant nos patients et on agit aussi à titre d’officier responsable de la banque de sang, du département de radiologie et de laboratoire, et de la pharmacie.

BERNIER : Bien entendu, l’aspect clinique est un rôle fantastique. On est avec une équipe médicale. Les médecins, le travailleur social, les infirmières – on veut chercher le bon médicament pour le patient.

BRISEBOIS : Quand on voit des patients tous les jours, on est beaucoup plus en mesure de comprendre les problématiques. Ça nous donne aussi beaucoup de connaissances supplémentaires qu’on n’aurait pas si on n’effectuait pas ces rondes-là. Donc, au niveau apprentissage pour nous, c’est fantastique.

BERNIER : Le pharmacien militaire est aussi un expert en logistique médicale. Il gère le réseau d’approvisionnement en matériel médical à travers le pays en s’assurant que nos cliniques disposent de médicaments et d’équipement en quantité suffisante.

Donc, tout ce qui est matériel médical – bandages, catheters, soutures, équipement de salle d’opération – le pharmacien va être en charge de commander ce matériel-là au Canada.

BRISEBOIS : En ce qui me concerne, je trouve extraordinaire d’avoir réussi autant de choses en si peu de temps.

BERNIER : Dans une pharmacie communautaire, on voit les mêmes médicaments à tous les jours, les mêmes problèmes, des patients qui se ressemblent. Dans les Forces, ça bouge, ça change, on progresse au rythme du changement et des nouveaux défis.

L’aspect le plus cool pour moi, c’est les déploiements. Partir en mission, aller peu importe où – Haïti, Afghanistan – c’est vraiment l’aspect que j’aime le plus. Voir d’autre monde, voir une autre culture, d’autres gens, travailler au bien-être de nos militaires, s’assurer qu’ils sont là pour la mission – c’est vraiment ce que j’aime le plus.

BRISEBOIS : Après ta formation de base et suite à l’obtention du permis de pratique de pharmacie, tu reçois ta commission d’officier au grade de capitaine ou lieutenant de vaisseau, puis tu entreprends une formation en cours d’emploi et des cours spécialisés sur la pratique et la doctrine médicales.

BERNIER : Ta formation – au cours de laquelle tu apprends les paramètres cliniques, techniques, logistiques et administratifs de la profession – est axée sur la médecine sur les champs de bataille.

BRISEBOIS : La plupart des cours en pharmacie des Forces canadiennes se donnent lors des premières années suivant ton enrôlement et combinent apprentissage en ligne et formation interne à la base de Borden.

BERNIER : Maintenant, ce qu’on offre aux étudiants qui sortent de l’université – ils peuvent avoir le préceptorat en pharmacie, qui est un peu l’équivalent d’une résidence en pharmacie. Donc les étudiants vont pour 6 mois dans un hôpital civil pour appliquer encore plus dans certains domaines.

BRISEBOIS : Au cours de ta carrière, tu auras l’occasion de suivre d’autres formations spécialisées portant sur les maladies tropicales ou associées aux voyages, les maladies infectieuses, la psychiatrie et les services d’urgence en pharmacie.

BERNIER : En général, ta première affectation sera dans une grande base au Canada.

Bien entendu, on va essayer de les envoyer dans un endroit où déjà des pharmaciens militaires sont en poste pour avoir un meilleur mentorat, donc un meilleur encadrement, et c’est plus facile ainsi pour les pharmaciens de commencer à travailler, et non pas, du jour au lendemain, être le responsable, seul de leur côté.

BRISEBOIS : Après deux à quatre ans à prendre de l’expérience sur une base, tu peux t’attendre à être déployé dans un hôpital de campagne à l’étranger ou vers n’importe quel endroit où nos troupes requièrent des services cliniques. Tu pourrais aussi occuper un poste de gestion des fournitures au Dépôt central de matériel médical.

BERNIER : Le plus grand défi de la profession est aussi ce qui te permets de progresser; c’est-à-dire le changement constant et la variété des tâches, surtout si tu compares avec ce que fait un pharmacien au civil. T’as qu’à penser aux aspects logistiques et au fait que tu travailles non seulement avec des ordonnances, mais avec de l’équipement sophistiqué et sans oublier bien sûr, les déploiements à l’étranger.

BERNIER : Je dirais que c’est l’aventure, les possibilités multiples – soit les voyages, la formation continue qu’on peut avoir à différents endroits, l’opportunité de toucher à plein de domaines, l’aspect financier, ressources humaines, matériel médical aussi. C’est plus que simplement s’occuper des prescriptions.

BRISEBOIS : Pour ceux qui aiment pas la routine, pour ceux qui aiment le changement, et qui aiment les opportunités pour faire des cours à l’étranger – les Forces canadiennes, c’est la place.

Qualification militaire de base des officiers

Après votre enrôlement, vous commencerez la qualification militaire de base des officiers de 15 semaines à l’École de leadership et de recrues des Forces canadiennes de Saint-Jean-sur-Richelieu, au Québec. Les sujets abordés comprennent les connaissances militaires générales, les principes du leadership, les règlements et coutumes des FAC, le maniement des armes de base et les premiers soins. Vous aurez la possibilité de mettre en application les compétences militaires nouvellement acquises dans le cadre d’exercices d’entraînement portant sur la protection de la force, l’instruction appliquée, la navigation et le leadership. Vous participerez également à un programme rigoureux de sports et de conditionnement physique. Le cours de QMBO est offert en anglais ou en français et sa réussite constitue un préalable à la poursuite de l’instruction.

À la suite de la formation de base des officiers, une formation en seconde langue officielle peut vous être offerte. La formation peut durer de deux à neuf mois selon vos compétences en langue seconde.

Pour en savoir plus sur l’instruction de base ici.

Formation professionnelle disponible

Vous vous rendrez ensuite au Centre d’instruction des Services de santé à Borden, en Ontario. Des cours structurés sont donnés sur la doctrine médicale militaire s’appliquant sur le terrain, l’administration générale des soins de santé, la pratique de la profession de pharmacien militaire et la gestion des fournitures médicales. Cette formation vous donnera le bagage nécessaire et l’occasion de jouer un rôle actif dans les volets clinique, technique, logistique et administratif de votre profession au sein des FAC.

Formation en cours d'emploi

Vous aurez également l’occasion de faire un programme de préceptorat de six mois en pharmacie dans un hôpital civil agréé. Ce programme s’apparente au programme de formation en résidence dans les hôpitaux.

Instruction spécialisée disponible

Vous pourriez avoir la possibilité d’acquérir des compétences spécialisées par l’intermédiaire de cours magistraux ou d’une formation en cours d’emploi, y compris les sujets suivants :

  • Pharmaco-épidémiologie
  • Médecine des voyages
  • Médecine aéronautique élémentaire
  • Leadership
  • Gestion

Instruction avancée disponible

À mesure qu’ils progresseront dans leur carrière, les pharmaciens qui manifesteront les capacités et le potentiel nécessaires pourront suivre de l’instruction avancée et poursuivre des études subventionnées dans un programme de médecine ou de pharmacologie au sein d’une université canadienne reconnue.

Options d’enrôlement direct

Si vous possédez un baccalauréat en Science (Pharmacie) ou un grade de Pharm D d’une université canadienne reconnue; que vous avez réussi l’examen de compétence du Bureau des examinateurs en pharmacie du Canada; que vous détenez un permis d’exercice en vigueur pour exercer la profession auprès d’une clientèle dans une province ou un territoire canadien, et que vous possédez un certificat de bonne conduite professionnelle de la part de votre organisme de réglementation professionnel, les FAC pourraient vous transférez directement dans le programme requis de formation en cours d’emploi après l’instruction élémentaire. Comme cet entraînement en cours d’emploi mène directement à une période intensive de résidence clinique de 6 mois, tous les candidats (à l’exception des diplômés très récents) doivent également posséder – ou chercher à obtenir – de l’expérience clinique dans un établissement de soins tertiaires conformément à la norme d’entrée avant de présenter leur candidature aux FAC. L’instruction élémentaire et la qualification militaire de base des officiers (de laquelle la résidence clinique fait partie) sont toutes deux requises avant d’être nommé. 

Options d’études payées

Programme de formation des officiers de la Force régulière (PFOR)

En raison de l’obligation pour les officiers des FAC d’avoir un diplôme universitaire, les FAC subventionnent leurs études de premier cycle au Collège militaire royal. Les personnes admises ont droit à un salaire, à un régime de soins médicaux et dentaires, de même qu’à des vacances payées; ils doivent en retour servir dans les FAC pendant une période déterminée. En règle générale, les personnes admises sont nommées élèves-officiers en intégrant le programme du collège militaire du Canada, où elles étudient des matières pertinentes à leur carrière militaire et universitaire. Dans de rares circonstances, selon les besoins des FAC, les élèves-officiers peuvent être autorisés à fréquenter une autre université canadienne. La décision sera prise au cas par cas. Si une carrière dans les FAC vous intéresse, y compris des études subventionnées, vous devez faire une demande d’admission au collège militaire du Canada, mais nous vous recommandons de postuler également dans d’autres universités canadiennes, au cas où vous ne seriez pas admis au PFOR.

Renseignez-vous ici sur les programmes d’études payés.

Servir dans la Force de réserve

Ce poste est disponible pour un emploi à temps partiel dans la Réserve. Les réservistes travaillent habituellement à temps partiel pour une unité de la Réserve de leur collectivité. Ils sont payés durant leur instruction. Ils ne sont pas assujettis aux affectations ni aux déménagements militaires. Toutefois, ils peuvent se porter volontaires pour déménager à une autre base ou pour être déployés au Canada ou à l’étranger dans le cadre de missions militaires.

Instruction de la Force de réserve

Les membres de la Force de réserve reçoivent le même niveau d’instruction que leurs homologues de la Force régulière. Ils commencent généralement leur instruction avec leur unité d’attache, pour s’assurer qu’ils répondent aux normes militaires professionnelles de base. Après l’instruction de base destinée aux officiers, l’unité d’attache s’occupera de prévoir de l’instruction additionnelle permettant l’acquisition des compétences spécialisées.

Il est aussi possible d’établir un plan d’apprentissage individuel pour suivre des cours menant à l’obtention d’un diplôme universitaire pertinent à l’emploi. Si le réserviste réussit le programme de cours, il a droit au remboursement des droits de scolarité et autres dépenses obligatoires jusqu’à concurrence de 50 pour cent. Les droits de scolarité pour les cours réussis sont remboursés pourvu que l’étudiant ait été réserviste pour toute la durée des cours.

Milieu de travail de la Force de réserve

En règle générale, les membres de la Force de réserve effectuent leur service à temps partiel au sein de leur unité d’attache, le soir et la fin de semaine, suivant un horaire établi. Toutefois, ils peuvent également effectuer leur service en occupant des postes à temps plein au sein de certaines unités pour des périodes déterminées, selon la nature des tâches à exécuter. Ils reçoivent 92,8 % du taux de rémunération de la Force régulière, ont droit à des avantages sociaux raisonnables et peuvent être admissibles à contribuer à un régime de pension.