Passer au contenu principal
Explorez les carrières
Armée Aviation Marine

Officier / Officière des affaires publiques

OFFICIER(ÈRE) | Temps plein, Temps partiel


Postulez maintenant

Aperçu

Les officiers(ères) des affaires publiques offrent des conseils de grande importance sur les plans tactique, opérationnel et stratégique. Ils agissent à titre de conseillers clés auprès des commandants militaires au cours des opérations nationales et internationales.

Leurs principales responsabilités sont les suivantes :

  • Analyser et évaluer les réactions des médias nationaux et internationaux
  • Participer à l’élaboration de politiques
  • Rassembler et fournir des renseignements concernant le ministère de la Défense nationale et les Forces armées canadiennes (FAC) à l’interne et à l’externe
  • Communiquer avec les journalistes, les groupes d’intérêt et les particuliers au sujet de la Défense

Environnement de travail

Les officiers(ères) des affaires publiques travaillent généralement dans un bureau moderne. Ils peuvent également travailler dans divers milieux, comme des bases principales et des quartiers généraux partout au Canada et à l’étranger. De plus, ils peuvent participer à des déploiements dans des zones de conflit ou dans le cadre de missions de paix ou d’aide humanitaire partout dans le monde.

Aperçu de carrière

Transcription

TITRE:

Officier des affaires publiques

CAPITAINE FRÉDÉRIC THOUIN : Je suis le capitaine Frédéric Thouin, de Boisbriand, Québec, officier des affaires publiques au Groupe de soutien de la 2e Division du Canada à Montréal. 

Qu’il s’agisse d’une mission de recherche et sauvetage spectaculaire, d’une collaboration avec nos alliés de l’OTAN ou de la mise en évidence des réalisations professionnelles de nos troupes, le rôle d’un officier des affaires publiques dans les Forces armées canadiennes suit une constante : aider à faire la lumière sur l’histoire des personnes qui se sont portées volontaires pour servir au sein des Forces armées canadiennes.

CAPITAINE FRÉDÉRIC THOUIN : Nous, on recherche toute l’information nécessaire, on la prend, on la synthétise puis on la vulgarise pour faire en sorte que les Canadiens et Canadiennes soient en mesure de comprendre ce qu’on fait, pourquoi on est là, puis pourquoi on a besoin d’eux qui nous soutiennent, puis nous on est là pour les soutenir. 

Plus que jamais, nous vivons dans un monde dominé par les médias. En plus des médias grand public, l’explosion des outils des médias sociaux et des technologies, leur pouvoir et leur portée rendent le récit des Forces armées canadiennes bien plus difficile à rapporter dans un environnement d’information complexe. 

CAPITAINE FRÉDÉRIC THOUIN : Le milieu dans lequel on travaille évolue rapidement. L’officier d’affaires publiques, maintenant, se retrouve dans un monde où tout le monde est journaliste. Donc, on n’a plus seulement les journaux et les milieux traditionnels comme la télévision et la radio où notre message doit passer. Il faut maintenant se réorienter vers les médias sociaux, vers les nouvelles plateformes qui changent et qui évoluent rapidement.

En fin de compte, la responsabilité la plus importante d’un officier des affaires publiques est de protéger la valeur la plus précieuse des Forces armées canadiennes : la confiance des Canadiens. 

CAPITAINE FRÉDÉRIC THOUIN : Chaque jour, c’est différent pour un officier d’affaires publiques. On peut passer une journée à conseiller, aviser notre commandant pour une décision qu’il a à prendre rapidement, puis qui est importante pour l’organisation. Comme le lendemain, on peut tomber en mode créativité, à développer avec nos techniciens en imagerie des nouvelles façons de créer un sentiment d’appartenance, autant avec le public, autant avec nos militaires, qui font partie de l’organisation. C’est important aussi de sensibiliser tous nos publics, qu’ils soient internes ou externes.

CAPITAINE FRÉDÉRIC THOUIN : Ce que j’aime de mon métier, c’est tout ce que ça m’amène au niveau social – c’est l’interaction que j’ai avec le public, en passant par les réseaux sociaux, en interagissant et en répondant à leurs commentaires, autant qu’avoir l’opportunité de parler aux commandants, d’avoir les avis et leurs expériences, le bagage qu’ils nous apportent, de pouvoir d’être une éponge d’information, puis de pouvoir la prendre et la vulgariser pour faire en sorte que tout le monde la comprenne.

Une fois leur formation militaire et professionnelle terminée, les officiers des affaires publiques sont affectés à des bases de l’Armée de terre, de la Marine ou de la Force aérienne, ou à un quartier général ici, au Canada.

CAPITAINE FRÉDÉRIC THOUIN : La première mutation est souvent une mutation pour t’aider à apprendre puis continuer à te développer en tant qu’officier d’affaires publiques. Surtout que le cours dure quatre mois et demi, donc c’est un cours intensif qui montre les bases, donc il est important après, quand on est muté, de se retrouver dans un élément plus d’équipe où il y a beaucoup d’officier d’affaires publiques supérieurs séniors qui peuvent t’apporter leur expérience et tu peux acquérir tout le nécessaire pour continuer par la suite. 

Si vous aimez être autonome et au centre de l’action à tout moment, la carrière d’officier des affaires publiques pourrait être le métier stimulant que vous recherchez.

CAPITAINE FRÉDÉRIC THOUIN : Quand on a été déployés sur l’Op Laser dans les CHSLD, ça a pris tout le monde par surprise, on se le cachera pas. Les Forces armées canadiennes se sont adaptées rapidement, ont trouvé les moyens. Nous aussi, au niveau des communications, ont été obligés de s’adapter, de développer un message qui allait dans le sens de l’aide. Et de voir l’impact qu’on a pu avoir sur le terrain, ça m’a apporté tellement sur le plan humain, et de voir à quel point on a eu une importance et un impact positif sur ces gens-là, qui étaient dans un besoin immense qu’on ne peut imaginer. On a eu cette opportunité-là, puis on est contents d’avoir fait la différence.

Emplois civils équivalents

  • Spécialiste des relations publiques
  • Responsable des relations avec les médias
  • Directeur(trice) commercial
  • Journaliste
  • Coordonnateur(trice) d’événements spéciaux

Instruction

Après votre enrôlement, vous commencerez la qualification militaire de base des officiers de 12 semaines à l’École de leadership et de recrues des Forces canadiennes de Saint-Jean-sur-Richelieu, au Québec. Les sujets abordés comprennent les connaissances militaires générales, les principes du leadership, les règlements et coutumes des FAC, le maniement des armes de base et les premiers soins. Vous aurez la possibilité de mettre en application les compétences militaires nouvellement acquises dans le cadre d’exercices d’entraînement portant sur la protection de la force, l’instruction appliquée, la navigation et le leadership. Vous participerez également à un programme rigoureux de sports et de conditionnement physique. Le cours de QMBO est offert en anglais ou en français et sa réussite constitue un préalable à la poursuite de l’instruction.

Après l’instruction de base destinée aux officiers(ères), de la formation en langue seconde officielle vous sera offerte si vous ne répondez pas aux exigences officielles minimales en matière de langue seconde pour cette profession. La formation peut prendre de deux à neuf mois selon vos aptitudes en langue seconde.

Pour en savoir plus sur l’instruction de base ici.

Tout le processus de formation en affaires publiques a lieu au Centre d’apprentissage des affaires publiques de la Défense à Gatineau, au Québec. La formation intensive de six mois est conçue pour vous fournir les outils et les connaissances nécessaires pour mener les activités d’affaires publiques au sein d’une grande base militaire, de la formation et de la force opérationnelle déployée. Le cours met l'accent sur le développement des connaissances et des compétences nécessaires pour conseiller un commandant sur les affaires publiques, créer des produits et outils de communication, gérer les relations avec les médias, planifier les affaires publiques et les communications à l’interne, coordonner un événement médiatique, entretenir les relations avec les collectivités, appuyer les opérations d’affaires publiques, gérer la production de produits audiovisuels et développer vos qualités d’officier(ère).

Vous pourriez avoir la possibilité d’acquérir des compétences spécialisées par l’intermédiaire de cours magistraux ou d’une formation en cours d’emploi, y compris les sujets suivants :

  • Gestion des communications stratégiques et élaboration de politiques
  • Communications en cas de crises ou de situations d’urgence
  • Rapports avec les intervenants
  • Gestion des nouveaux médias
  • Perfectionnement en leadership des cadres intermédiaires
  • Gestion de l’information dans le cadre des opérations d’information
  • Opérations internationales

À mesure qu’ils progresseront dans leur carrière, les officiers(ères) des affaires publiques qui manifesteront les capacités et le potentiel nécessaires pourront suivre de l’instruction avancée. Les cours suivants sont inclus :

  • Affaires publiques – niveaux intermédiaire et avancé
  • Planification des affaires publiques – niveau avancé 
  • Instruction avancée pour les porte-parole désignés

Programmes d’enrôlement

Puisque cette profession met l’accent sur les communications, les candidats doivent exceller dans l’une ou l’autre des langues officielles ou les deux. Si vous détenez déjà un diplôme universitaire en communications, en relations internationales, en relations publiques ou en journalisme, les FAC pourraient vous placer directement dans le programme de formation en cours d’emploi requis après l’instruction de base. Au moins un an d’expérience de travail dans le domaine des communications, du journalisme, du marketing, des affaires publiques ou des relations publiques est requis. L’instruction de base et la qualification militaire de base des officiers(ères) doivent être réussies avant l’affectation.

Options à temps partiel

Cette possibilité d’emploi à temps partiel est offerte auprès de la Première réserve, à certains endroits au Canada. En règle générale, les membres de la Force de réserve servent à temps partiel au sein d’une unité militaire dans leur communauté et peuvent effectuer leur service pendant qu’ils sont aux études ou qu’ils occupent un emploi civil. Ils sont payés durant leur instruction. Ils ne sont pas assujettis aux affectations ni aux déménagements militaires. Toutefois, ils peuvent se porter volontaires pour déménager à une autre base ou pour être déployés au Canada ou à l’étranger dans le cadre de missions militaires.

Les officiers(ères) des affaires publiques peuvent servir auprès de la Marine royale canadienne, de l’Armée canadienne ou de l’Aviation royale canadienne. Leur travail consiste à donner des conseils en matière de communications aux niveaux tactique, opérationnel et stratégique, et à agir comme conseillers clés auprès des commandants militaires pendant les opérations. Lorsqu’ils sont employés à temps partiel ou à titre d’occasionnels à temps plein, ils effectuent habituellement leur service dans des bases, des escadres, des ports d’attache ou des unités des FAC à différents endroits au Canada.

Les membres de la Force de réserve reçoivent le même niveau d’instruction que leurs homologues de la Force régulière. Ils commencent généralement leur instruction avec leur unité d’attache pour s’assurer qu’ils répondent aux normes militaires professionnelles de base. Après l’instruction de base destinée aux officiers(ères), l’unité d’attache s’occupera de prévoir de l’instruction additionnelle permettant l’acquisition des compétences spécialisées. L’instruction centralisée des officiers(ères) des affaires publiques, qui dure environ six mois, est offerte au Centre d’apprentissage des affaires publiques de la Défense à Gatineau, au Québec.

En règle générale, les membres de la Force de réserve effectuent leur service à temps partiel au sein de leur unité d’attache, le soir et la fin de semaine, suivant un horaire établi (les officiers(ères) des affaires publiques employés dans la Réserve aérienne effectuent habituellement jusqu’à 12 jours de service par mois dans le cadre de journées normales de travail). Toutefois, ils peuvent également effectuer leur service en occupant des postes à temps plein au sein de certaines unités pour des périodes déterminées, selon la nature des tâches à exécuter. Ils reçoivent 92.8 % du taux de rémunération de la Force régulière, ont droit à des avantages sociaux raisonnables et peuvent être admissibles à contribuer à un régime de pension.