Temps plein | Temps partiel | Militaire du rang

Technicien des mouvements

Posez votre candidature maintenant

Aperçu

Les techniciens des mouvements planifient, effectuent et organisent le transport du personnel et de l’équipement des Forces armées canadiennes. Ils utilisent les moyens de transport de partout, à l’échelle locale, régionale, nationale ou internationale, afin d’appuyer les exercices et les opérations des Forces. Ils font partie d’équipes au sein de chaînes d’approvisionnement existantes ou fabriquées.

Leurs principales responsabilités sont les suivantes :

  • Préparer, traiter, enregistrer et justifier tous les documents et formulaires relatifs au transport du personnel ainsi que de la cargaison et du matériel
  • Planifier, organiser, effectuer et gérer l’embarquement et le débarquement du personnel ainsi que le chargement et le déchargement de la cargaison, de l’équipement et des bagages, transportés par la route, le chemin de fer, la voie maritime et la voie aérienne, à bord de véhicules de transports militaires ou commerciaux
  • Traiter les cargaisons dangereuses
  • S’occuper des documents douaniers et de la liaison avec les douanes
  • Faire fonctionner des véhicules militaires et de l’équipement de manutention de matériel
  • Traiter les contrats et les factures de transport et tenir des dossiers financiers

Environnement de travail

Les techniciens des mouvements travaillent dans des entrepôts, des bureaux, des terminaux aériens, des escadrons aériens et sur le terrain au Canada ou partout dans le monde pour appuyer les opérations des Forces. Ils doivent parfois travailler par quarts et dans des zones établies ou isolées où les conditions climatiques et les circonstances peuvent être difficiles.

Transcription

TITRE:

Technicien / Technicienne des mouvements

CAPORAL-CHEF MICHELLE CÔTÉ-CAMPEAU : Je suis caporal-chef Michelle Côté-Campeau, de Lac-Mégantic, une technicienne des mouvements présentement mutée à la 8e escadre de Trenton.

Les techniciens des mouvements jouent un rôle de soutien clé dans les Forces armées canadiennes ; ils organisent le déplacement du matériel, de l’équipement et du personnel partout dans le monde à l’aide de tous les moyens de transport disponibles.

CÔTÉ-CAMPEAU : Sans techniciens de mouvements, le matériel se rendrait nulle part. Les techniciens d’approvisionnement sont là pour préparer le matériel et nous, on est là pour le distribuer aux endroits destinés.

Ces techniciens assurent tous les déplacements, qu’il s’agisse d’hélicoptères, de véhicules, de munitions, de fournitures de secours humanitaire ou de gens. Ils sont responsables de la manutention sécuritaire des marchandises dangereuses et s’occupent de tous les documents douaniers et de la liaison avec les douanes. 

CÔTÉ-CAMPEAU : On s’occupe de tout ce qui est bateaux, trains, avions, camions – tout ce qui est transport de matériel d’une base à l’autre, ou d’un pays à l’autre, ça peut être d’une mission à l’autre. Il faut avoir des connaissances d’ordinateur et connaissances mathématiques, c’est très important. Quand on va en déploiement, il faut être très conscient que nos erreurs peuvent coûter beaucoup. Donc, il faut faire attention, il faut être méticuleux, il faut que ce soit fait presqu’à la perfection. On n’a pas vraiment place à l’erreur.

Les techniciens des mouvements travaillent partout au Canada et à l’étranger pour coordonner les déplacements aller-retour du matériel et du personnel. Ils pourraient notamment être appelés à expédier un char Leopard par voie ferrée, à charger des armes à bord d’un hélicoptère ou à assurer le transport aérien de troupes jusqu’à destination.

Les techniciens des mouvements conduisent des véhicules militaires et se servent d’équipement de chargement spécialisé. Ils voyagent souvent vers des destinations exotiques un peu partout dans le monde à l’appui des opérations militaires et arrivent souvent parmi les premiers sur le terrain afin de veiller à la mise en place des fournitures et de l’équipement pour l’opération.

Les techniciens des mouvements planifient et coordonnent avec soin chaque mission afin de garantir que les Forces armées canadiennes puissent intervenir n’importe où dans le monde.

CÔTÉ-CAMPEAU : Ce que j’aime le plus de technicienne de mouvements, c’est de pouvoir voyager. Souvent on va être envoyés avec les avions à différentes missions pour aider avec le matériel dans les avions, ou soit de travailler ailleurs dans d’autres pays. C’est beaucoup de diversité, puis c’est l’fun d’apprendre d’autres cultures aussi.

Après avoir terminé leur formation, les techniciens des mouvements sont affectés à une unité opérationnelle afin d’appuyer directement la Marine royale canadienne, l’Armée canadienne ou l’Aviation royale canadienne.

CÔTÉ-CAMPEAU : Ma première mutation en tant que technicienne des mouvements était la base de Winnipeg. Je ne parlais aucunement l’anglais, je connaissais pas mon métier, je connaissais pas personne. Je me suis fait accueillir comme si je faisais partie de la famille puis malgré mes difficultés en anglais, on m’a aidée à tous les jours et puis aujourd’hui je suis complètement bilingue. Ça a aussi été un environnement où j’ai eu la chance d’apprendre tranquillement à mon rythme, sans aucune pression, c’était parfait. J’ai adoré ma première mutation à Winnipeg.

À mesure qu’ils acquièrent de l’expérience, les techniciens des mouvements peuvent suivre de la formation avancée en manutention de marchandises dangereuses, en opérations d’hélicoptères, en soutien au transport aérien tactique, ainsi qu’en chargement et arrimage de navires, entre autres compétences spécialisées.

Les techniciens des mouvements sont aussi employés en tant qu’arrimeurs à bord d’avions de transport militaires. Cette qualification spécialisée permet aux techniciens des mouvements de faire partie de l’équipage d’aéronefs comme le CC-177 Globemaster et l’hélicoptère CH-147F Chinook.

CÔTÉ-CAMPEAU : Je suis très fière du chemin que j’ai accompli. Avant de commencer, je venais de Lac-Mégantic, un petit village tout près de la Beauce, en fait. C’est très tranquille et puis très paisible ; je voulais vraiment sortir, donc d’avoir pris la décision de faire un gros saut comme ça, puis de rentrer dans la famille des Forces canadiennes, ça m’a permis de voir plein d’expériences. Ça m’a permis de voyager, ça m’a permis d’ouvrir mes horizons. Ça m’a permis de découvrir mon pays au complet, puis ça m’a permis de découvrir des gens merveilleux que j’aurais pas rencontré sans avoir joint les Forces canadiennes.

 

TITRE:

Technicien / Technicienne des mouvements

Qualification militaire de base

La première étape de l’instruction est le Cours de qualification militaire de base (QMB), ou instruction de base, qui est offert à l’École de leadership et de recrues des Forces canadiennes à Saint-Jean-sur-Richelieu, au Québec. Cette instruction permet d’acquérir les compétences et les connaissances élémentaires communes à tous les groupes professionnels. L’un des objectifs du cours est de veiller à ce que les recrues répondent la norme de condition physique des Forces; par conséquent, l’entraînement est physiquement exigeant.

Pour en savoir plus sur l’instruction de base ici.

Instruction de qualification professionnelle de base

Les techniciens des mouvements fréquentent le Centre d’instruction de logistique des Forces canadiennes à Borden, en Ontario. La formation initiale dure environ 12 semaines et porte sur les sujets suivants :

  • Entraînement des conducteurs :
    • Conduite et entretien de véhicules militaires et d’équipement de manutention
    • Conduite et entretien de chariots élévateurs à fourche et d’autres appareils de manutention de conteneurs
  • Instruction des techniciens des mouvements
    • Transport de la cargaison et du matériel par la route, le chemin de fer, la voie maritime et la voie aérienne
    • Principes de bases du chargement d’aéronefs à voilure fixe ou tournante
    • Planification du chargement de véhicules ferroviaires
    • Exigences douanières et internationales relatives au transport
    • Accueil des passagers
    • Factures de transport et dossiers financiers
    • Traitement des documents relatifs au transport du personnel ainsi que du matériel et de la cargaison

Instruction spécialisée disponible

Les techniciens des mouvements sont employés en tant qu’arrimeurs à bord d’aéronefs de transport après avoir acquis des compétences professionnelles de base et réussi la formation portant sur l’aéronef. L’ARC emploie des arrimeurs à bord des aéronefs suivants :

  • CC130H Hercules
  • CC130J Hercules
  • CC150 Airbus
  • CC177 Globemaster
  • CH147F Chinook

Instruction avancée disponible

À mesure qu’ils progresseront dans leur carrière, les techniciens des mouvements qui manifesteront les aptitudes et les prédispositions nécessaires auront accès à l’instruction avancée. Les cours suivants sont notamment offerts :

  • Manutention de cargaison dangereuse
  • Opérations de transport à l’élingue par hélicoptère
  • Chargement et arrimage à bord d’un navire
  • Soutien au transport aérien tactique
  • Spécialiste du chargement des CC177
  • Livraison aérienne – niveau élémentaire
  • Système d’enregistrement aérien

Études exigées

Cet emploi exige que les candidats aient terminé au minimum leur 10e année ou leur 4e secondaire au Québec. Il est possible que les études à l’étranger soient reconnues.

Options d’enrôlement direct

Nous acceptons les candidatures pour cet emploi par le biais de l’enrôlement direct, du reclassement ou du transfert de catégorie de service.

Servir dans la Force de réserve

Cette possibilité d’emploi à temps partiel est offerte auprès de la Première réserve à certains endroits au Canada. En règle générale, les membres de la Force de réserve servent à temps partiel au sein d’une unité militaire dans leur communauté et peuvent effectuer leur service pendant qu’ils sont aux études ou qu’ils occupent un emploi civil. Ils sont payés durant leur instruction. Ils ne sont pas assujettis aux affectations ni aux déménagements militaires. Toutefois, ils peuvent se porter volontaires pour déménager à une autre base ou pour être déployés au Canada ou à l’étranger dans le cadre de missions militaires.

Emploi à temps partiel

Cet emploi est offert dans l’Aviation et dans l’Armée de terre à certains endroits au Canada. Les membres de la Force de réserve peuvent servir au sein d’une escadre de l’Aviation ou sur une base de la Marine ou de l’Armée de terre dans leur communauté. Ils peuvent effectuer leur service pendant qu’ils sont aux études ou qu’ils occupent un emploi civil. Ils sont payés durant leur instruction. Ils ne sont pas assujettis aux affectations ni aux déménagements militaires. Toutefois, ils peuvent se porter volontaires pour déménager à une autre base ou pour être déployés au Canada ou à l’étranger dans le cadre de missions militaires.

Traffic Technician

Instruction de la Force de réserve

Les membres de la Force de réserve reçoivent le même niveau d’instruction que leurs homologues de la Force régulière. Ils commencent généralement leur instruction avec leur unité d’attache pour s’assurer qu’ils répondent aux normes militaires professionnelles de base. À la suite de l’instruction de base, l’unité d’attache s’occupera de prévoir de l’instruction additionnelle permettant l’acquisition des compétences spécialisées. L’instruction de la Force de réserve est identique à celle de la Force régulière décrite plus haut.

Milieu de travail de la Force de réserve

En règle générale, les membres de la Force de réserve effectuent leur service à temps partiel au sein de leur unité d’attache, le soir et la fin de semaine, suivant un horaire établi (les techniciens des mouvements employés dans la Réserve de l’Aviation ou de l’Armée de terre effectuent habituellement jusqu’à 12 jours de service par mois dans le cadre de journées normales de travail). Toutefois, ils peuvent également effectuer leur service en occupant des postes à temps plein au sein de certaines unités pour des périodes déterminées, selon la nature des tâches à exécuter. Ils reçoivent 85 % du taux de rémunération de la Force régulière, ont droit à des avantages sociaux raisonnables et peuvent être admissibles à contribuer à un régime de pension.