Temps plein | Officier

Officier du génie des systèmes de combat maritime

Posez votre candidature maintenant

Aperçu

Les officiers du génie des systèmes de combat naval entretiennent les systèmes de combat à bord de navires ou de sous-marins. Ils doivent également diriger et voir au bien-être de grandes équipes formées de techniciens professionnels hautement qualifiés, chargés d’effectuer l’analyse des systèmes, le diagnostic des pannes et l’entretien de l’équipement pour en assurer le rendement maximal.

Le rôle principal des officiers du génie des systèmes de combat naval est de faire preuve de leadership, de donner des conseils et d’offrir une expertise technique pour assurer l’entretien et le bon fonctionnement des systèmes de combat naval suivants :

  • Systèmes de guerre sous-marine et de surface, ainsi que leurs munitions
  • Systèmes de détection sous-marins et de surface
  • Systèmes de navigation
  • Systèmes de communication
  • Systèmes de commandement et de contrôle
  • Systèmes de traitement des données
  • Systèmes de guerre électronique
Transcription

TITRE:

Officier du génie des systèmes de combat maritime

MCCALLUM: Les missiles, les canons, les torpilles, c’est ma responsabilité.

BÉLISLE: Si t’as envie de découvrir le monde, la Marine, c’est pour toi.

BÉLISLE: La Marine canadienne assure notre présence dans le monde, tant pour prévenir les conflits que pour se préparer à les résoudre par la force. Mais lorsqu’on en arrive à ce point-là, les officiers du génie des systèmes de combat s’assurent que les navires de la Marine canadienne sont aptes au combat.

Bonjour, je suis le Lieutenant de vaisseau Marie-Hélène Bélisle de Repentigny, Québec. Je suis présentement affectée au NCSM Charlottetown.

Je suis le Capitaine de corvette Eric McCallum et je suis l’officier du génie des systèmes de combat.

BÉLISLE: Notre équipe est resonsable de la préparation opérationnelle et de l’entretien des systèmes d’armes navales et de leurs munitions, ainsi que des systèmes de communications, d’information et de détection nécessaires aux navires pour assurer leur capacité à combattre.

Pour être ingénieur des systèmes de combat, je dirais qu’il faut être autonome, il faut aimer les défis, faut être capable de travailler en équipe, faut avoir une bonne gestion du stress.

Les officiers du génie des systèmes de combat doivent être des leaders engagés, être en mesure de bien gérer leurs ressources et posséder l’expertise technique nécessaire pour assumer la responsabilité d’une multitude de systèmes de combat à bord des navires de guerre modernes.

MCCALLUM: La Marine utilise des systèmes sophistiqués et complexes et j’ai la chance de les voir fonctionner en mer.

BÉLISLE: Et en plus, on fait partie intégrante de l’équipe d’intervention d’urgence qui réalise des tâches importantes de lutte contre les avaries quand les navires se trouvent au poste d’alarme ou de combat afin d’assurer qu’ils puissent poursuivre le combat.

J’adore mon métier – ça m’apporte tellement de défis. J’adore le travail d’équipe, j’adore l’environnement du navire. C’est quelque chose qu’on retrouvera pas ailleurs.

En t’inscrivant au Programme de formation des officiers de la Force régulière, tu peux commencer tout de suite après l’école secondaire à suivre un programme collégial et universitaire au Collège Militaire Royal du Canada ou dans tout autre CEGEP et université canadienne reconnus.

MCCALLUM: Ou si tu es déjà en voie d’obtenir un diplôme en génie, tu peux être admissible au Programme d’enrôlement direct des officiers. On accorde la préférence au détenteurs d’un baccalauréat en génie électrique ou informatique, mais on prend aussi en considération d’autres diplômes en génie ou en sciences.

BÉLISLE: Quel que soit le programme d’enrôlement, tous les candidats doivent suivre le cours de qualification militaire de base des officiers. C’est là que tu perfectionnes tes capacités naturelles de leadership et que tu apprends à connaître les réglements et les coutumes des Forces canadiennes qui te serviront tout au long de ta carrière.

Par la suite, tu prends le chemin du Centre d’instruction des officiers de Marine à Victoria, en Colombie-Britannique pour suivre le programme d’instruction de la Marine. Ce cours de 9 semaines t’initie à la vie dans la Marine et te donne l’occasion de passer 4 semaines à bord d’un petit navire de guerre où tu peux exercer ton pied marin.

Tu passes ensuite à la prochaine étape de ta formation à l’École du génie naval des Forces canadiennes à Halifax, en Nouvelle-Écosse. C’est à ce moment que tu commences à mettre en pratique toutes tes études et tes compétences en génie dans le milieu maritime.

Tu reçois une formation approfondie théorique et pratique sur le fonctionnement, le maintien en activité et la gestion de la division du génie des systèmes de combat et de son personnel.

McCALLUM: Après avoir terminé cette phase de ta formation, tu es affecté à ton premier navire pendant un an, afin de mettre à profit toutes tes compétences, connaissances et expériences de formation.

BÉLISLE: Les possibilités d’emploi dans mon métier, c’est pas ça qui manque! C’est sûr que tu vas trouver quelque chose que t’aimes.

Quand tu travailles à bord d’un navire, tu fais partie de l’équipage, ce qui suppose alors d’autres responsabilités comme participer à des opérations de matelotage, diriger une équipe d’arraisonnement ou faire partie de l’équipe de plongée du navire.

MCCALLUM: En plus de mes tâches principales d’ingénieur, j’ai la chance de participer à la navigation, le contrôle du sous-marin et l’utilisation des thémiscopes.

BÉLISLE: Les navires de la Marine canadienne se déploient régulièrement pour rassurer nos alliés de la collectivité mondiale et aussi pour dissuader ceux qui envisageraient de s’en prendre à nous.

Comme officier de la Marine canadienne, tu peux profiter d’une occasion incomparable de t’intégrer à cette collectivité mondiale et de nouer des relations avec des collègues du monde entier.

MCCALLUM: Je me suis aventuré dans les fjords de la Norvège, dans la mer du Nord, dans l’océan Arctique, et même dans les Caraïbes.

BÉLISLE: Et bien sûr, on patrouille les eaux canadiennes et on appuie les opérations de recherche et sauvetage lorsqu’on se trouve en eaux territoriales.

MCCALLUM: Après avoir travaillé en tant que chef de département sur un navire ou sous-marin, tu pourrais te retrouver à travailler dans la gestion de projets ou la recherche et développement de nouvelles technologies.

BÉLISLE: On pourrait t’offrir des occasions de te spécialiser dans le domaine du génie en finançant entièrement tes études supérieures au Canada ou à l’étranger.

On est constamment à la recherche d’ingénieurs de systèmes de combat qui possèdent une maîtrise en génie électrique ou en systèmes d’armes guidées, ou des compétences spécialisées en analyse des systèmes radar, en guerre électronique ou en acoustique sous-marine.

MCCALLUM: C’est un milieu exceptionnel pour mettre en valeur notre travail d’ingénieur.

BÉLISLE: Si c’est le genre de défi que tu recherches comme ingénieur, joins-toi à la Marine canadienne, un milieu de travail extraordinaire.

Environnement de travail

Les officiers du génie des systèmes de combat naval travaillent à bord de navires ou de sous-marins de la flotte de la Marine royale canadienne et dans des établissements à terre.

Ils peuvent exercer les fonctions de chef de service de génie des systèmes de combat naval. Ils doivent composer avec les défis propres à la vie en mer tout en dirigeant un grand nombre de personnes. À terre, ils peuvent être employés partout au Canada, notamment à Halifax, en Nouvelle-Écosse, à Victoria, en Colombie-Britannique, dans la région de la capitale nationale ainsi qu’à l’étranger. La gamme d’emplois est vaste et présente des défis liés à la compréhension des technologies actuelles et futures. En outre, les officiers du génie des systèmes de combat naval peuvent occuper des postes d’état-major, d’instructeur et administratifs qui nécessitent des compétences techniques.

Qualification militaire de base des officiers

Après votre enrôlement, vous commencerez la qualification militaire de base des officiers de 12 semaines à l’École de leadership et de recrues des Forces canadiennes de Saint-Jean-sur-Richelieu, au Québec. Les sujets abordés comprennent les connaissances militaires générales, les principes du leadership, les règlements et coutumes des Forces armées canadiennes (FAC), le maniement des armes de base et les premiers soins. Vous aurez la possibilité de mettre en application les compétences militaires nouvellement acquises dans le cadre d’exercices d’entraînement portant sur la protection de la force, l’instruction appliquée, la navigation et le leadership. Vous participerez également à un programme rigoureux de sports et de conditionnement physique. Le cours de QMBO est offert en anglais ou en français et sa réussite constitue un préalable à la poursuite de l’instruction.

À la suite de la formation de base des officiers, une formation en seconde langue officielle peut vous être offerte. La formation peut durer de deux à neuf mois selon vos compétences en langue seconde.

Pour en savoir plus sur l’instruction de base ici.

Formation professionnelle disponible

Vous suivrez ensuite plusieurs cours donnés à l’École du génie naval des Forces canadiennes à Halifax, en Nouvelle-Écosse. Le premier cours, soit le cours de familiarisation au génie naval, dure 11 semaines et porte sur les systèmes, l’équipement et le personnel propres aux deux sections de génie de la flotte. Pendant ce cours, vous passerez sept semaines à bord d’un gros navire de guerre.

Le cours suivant, d’une durée de 28 semaines, porte sur les applications du génie des systèmes de combat naval et examine de façon détaillée la théorie, l’application, le fonctionnement, l’entretien, le personnel et la gestion portant sur le génie des systèmes de combat naval. Une fois que vous aurez terminé ce cours, vous vous joindrez aux navires de la flotte pendant un an pour renforcer vos compétences et vos connaissances du génie des systèmes de combat naval.

Instruction spécialisée disponible

Vous pourriez avoir la possibilité d’acquérir des compétences spécialisées par l’intermédiaire de cours magistraux ou d’une formation en cours d’emploi, y compris les sujets suivants :

  • Gestion de logiciels
  • Systèmes d’armes guidées et munitions
  • Analyse des systèmes radars
  • Guerre électronique
  • Télécommunications numériques et par satellite

Instruction avancée disponible

À mesure qu’ils progresseront dans leur carrière, les officiers du génie des systèmes de combat naval qui manifesteront les capacités et le potentiel nécessaires pourront suivre de l’instruction avancée. Les cours suivants sont inclus :

  • Génie des systèmes de combat
  • Génie des systèmes d’armes
  • Acoustique sous-marine
  • Architecture navale

Instruction propre à la Marine

Vous suivrez le Programme d’instruction de la Marine royale canadienne – officiers, d’une durée de neuf semaines, qui est donné au Centre d’entraînement des officiers de marine à Victoria, en Colombie-Britannique. Ce cours d’introduction à l’environnement naval comprend un séjour de quatre semaines à bord d’un petit navire de guerre pour que vous puissiez faire l’expérience de la vie en mer.

Options d’enrôlement direct

Si vous détenez  déjà un diplôme universitaire, les FAC détermineront si votre programme d’études remplit les critères du poste et vous pourriez être envoyé directement à une formation en cours d’emploi après avoir obtenu votre qualification militaire de base. Cette qualification et la qualification d’officier sont requises avant toute affectation.

Options d’études payées

Programme de formation des officiers de la Force régulière (PFOR)

En raison de l’obligation pour les officiers des FAC d’avoir un diplôme universitaire, les FAC subventionnent leurs études de premier cycle au Collège militaire royal. Les personnes admises ont droit à un salaire, à un régime de soins médicaux et dentaires, de même qu’à des vacances payées; ils doivent en retour servir dans les FAC pendant une période déterminée. En règle générale, les personnes admises sont nommées élèves-officiers en intégrant le programme du collège militaire du Canada, où elles étudient des matières pertinentes à leur carrière militaire et universitaire. Dans de rares circonstances, selon les besoins des FAC, les élèves-officiers peuvent être autorisés à fréquenter une autre université canadienne. La décision sera prise au cas par cas. Si une carrière dans les FAC vous intéresse, y compris des études subventionnées, vous devez faire une demande d’admission au collège militaire du Canada, mais nous vous recommandons de postuler également dans d’autres universités canadiennes, au cas où vous ne seriez pas admis au PFOR.

Renseignez-vous ici sur les programmes d’études payés.