Passer au contenu principal
Explorez les carrières
Aviation

Pilote

OFFICIER(ÈRE) | Temps plein, Temps partiel


Postulez maintenant

Aperçu

Les pilotes des Forces armées canadiennes (FAC) sont aux commandes de différents types d’aéronefs utilisés dans diverses situations : la recherche et le sauvetage, les chasseurs, le transport, les hélicoptères tactiques et la patrouille maritime.

Leurs principales responsabilités sont de planifier, communiquer, coordonner et exécuter les missions tactiques à l’appui de l’autorité civile ou des objectifs militaires, tels que l’aide humanitaire et l’appui suite à des désastres naturels, ainsi que les opérations d’interception aériennes. Les pilotes utilisent des systèmes de navigation tactiques de précision, des systèmes de communication avancés, des systèmes de senseurs, des systèmes de contre-mesures et des systèmes d’armes projetés à la fine pointe de la technologie.

Centre de sélection du personnel navigant – L’Aviation royale canadienne (ARC) exige que tous ses pilotes, contrôleurs aérospatiaux et officiers des systèmes de combat aérien réussissent le test de sélection du personnel navigant. Le centre de sélection se trouve à Trenton, en Ontario. C'est là que les candidats sont soumis, pendant deux jours, à une série de mises en situation générées par ordinateur visant à évaluer leur maîtrise des compétences et aptitudes exigées par l’ARC. La réussite du test de sélection est obligatoire pour poursuivre les démarches en vue de faire carrière dans l’une ou l’autre des trois professions susmentionnées. Regardez cette vidéo pour en savoir plus.

Environnement de travail

Les pilotes travaillent dans une variété de domaines, allant de la partie la plus nordique du Canada aux missions d’appui à la Marine royale canadienne. L’environnement de travail dépend du rôle militaire assigné aux pilotes. Les pilotes de recherche et sauvetage sont déployés partout au Canada pour sauver des personnes en situation de détresse et d’urgence, alors que les pilotes de chasse protègent les Canadiens et défendent leurs intérêts à l’étranger. Les pilotes de transport, pour leur part, acheminent l’aide humanitaire aux personnes dans le besoin partout dans le monde. Les pilotes d’hélicoptères tactiques se chargent de la distribution de l’aide humanitaire et des missions de maintien de la paix, tandis que les pilotes de patrouille maritime protègent les côtes canadiennes.

Aperçu de carrière

Transcription

TITRE:

Pilote

CAPITAINE WILLIAM MARCIL : Je suis le capitaine William Marcil du Saguenay, pilote au 437ᵉ Escadron de transport à Trenton, en Ontario.

Les missions des pilotes militaires du Canada sont aussi variées que les cellules d’aéronefs qu’ils font voler.

CAPITAINE WILLIAM MARCIL : Sans les pilotes dans les Forces, il serait impossible d'avoir du support aérien, de faire de la reconnaissance ou encore de faire la livraison de marchandises dans les quatre coins de la planète. Comme pilote de transport, nous transportons des passagers, des VIP, et nous faisons aussi du ravitaillement aérien pour les avions de chasse.

Les pilotes travaillent avec des technologies sophistiquées comme des systèmes de navigation tactique de précision ainsi que des systèmes de communication, de détection, de contre-mesure et de lancement d’armes à la fine pointe.

Les pilotes planifient et exécutent des missions aériennes tactiques pour appuyer les autorités civiles ou atteindre des objectifs militaires. Ça peut être du soutien de l’aviation tactique à l’Armée avec des hélicoptères Griffon et Chinook, ou du transport aérien tactique avec des avions Hercules et Globemaster.

Pour la Marine royale canadienne, ils offrent un soutien aérien avec les hélicoptères Cyclone et les patrouilleurs à long rayon d’action Aurora.

Avec les chasseurs CF-18 canadiens, ils défendent l’espace aérien du Canada et du NORAD contre les intrusions ennemies et offrent un appui aérien rapproché aux soldats canadiens qui se trouvent en situation de combat à l’étranger.

Il y a aussi des missions humanitaires et de secours aux sinistrés, au Canada et à l’étranger, et l’appui à la recherche et sauvetage d’un océan à l’autre au Canada.

CAPITAINE WILLIAM MARCIL : Pilote dans les Forces, c'est vraiment différent tous les jours : un jour, tu peux te retrouver à faire un vol d'approvisionnement en Afrique. L'autre journée, tu peux te retrouver à faire un vol de ravitaillement au-dessus de la Norvège, une journée nous allons transporter le premier ministre à un meeting du G20 ou encore aller apporter une pièce de rechange à un avion brisé aux États-Unis. Ce n'est jamais routinier et ça me permet de découvrir des nouveaux endroits.

CAPITAINE WILLIAM MARCIL : La chose la plus plaisante au travail, c'est que ça n'est jamais pareil. Les missions sont toujours différentes. J’ai déployé au Koweït avec Opération Impact en tant que pilote d’avion ravitailleur. J'ai pu survoler les zones de combat et donner de l'essence à des avions alliés. Le ravitaillement, c'est vraiment cool, c'est vraiment unique. Nous devons planifier la mission avec les avions de chasse et aussi avec les contrôleurs aériens. C'est vraiment le fun de regarder par la fenêtre et voir les avions de chasse qui sont là en formation avec le Airbus.

Lorsqu’ils ont fini l’instruction de base des officiers et l’instruction de pilotage initiale, les nouveaux pilotes peuvent suivre trois parcours différents. Selon leur rendement et les besoins, les pilotes peuvent être orientés vers les aéronefs à réaction rapide, à voilure tournante ou multimoteurs.

Après avoir terminé cette étape de leur formation, ils reçoivent leur brevet de pilote et sont affectés à une unité d’instruction opérationnelle où ils vont continuer leur formation avec l’aéronef et dans le rôle qui leur est attribué. Par la suite, ils seront affectés à un escadron opérationnel.

CAPITAINE WILLIAM MARCIL : J'ai décidé de devenir pilote dans les Forces parce que je crois que c'est la meilleure formation qu'un pilote peut avoir. Quand je suis arrivé à l’unité, j'ai été pris en charge par un pilote avec beaucoup d'expérience. Il m'a montré tous ses trucs, j'ai vraiment été choyé. En tant que pilote militaire, la progression de carrière sera beaucoup plus rapide que celui d'un pilote civil. Les Forces te permettent de faire partie d'opérations tout de suite après l'obtention de tes ailes de pilote.

CAPITAINE WILLIAM MARCIL : J'ai choisi une carrière en tant que pilote dans les Forces pour les expériences uniques que les Forces pouvaient m'apporter. Je suis choyé d'être commandant de bord, d'être en charge d'un avion de plusieurs millions de dollars et d'un équipage de dix personnes. J'ai voyagé dans les quatre coins du monde. Je suis allé en Afrique, en Europe, en Asie et en Amérique du Sud. C'était vraiment plaisant d'échanger avec les autres nations et aussi découvrir la culture et les paysages. Jusqu'à maintenant, je suis très fier de tout ce que j'ai accompli en tant que pilote dans les Forces armées canadiennes.

Emplois civils équivalents

  • Pilote de lignes aériennes
  • Pilote d’évacuation médicale
  • Instructeur(trice) de vol

Instruction

Après votre enrôlement, vous commencerez la qualification militaire de base des officiers de 12 semaines à l’École de leadership et de recrues des Forces canadiennes de Saint-Jean-sur-Richelieu, au Québec. Les sujets abordés comprennent les connaissances militaires générales, les principes du leadership, les règlements et coutumes des FAC, le maniement des armes de base et les premiers soins. Vous aurez la possibilité de mettre en application les compétences militaires nouvellement acquises dans le cadre d’exercices d’entraînement portant sur la protection de la force, l’instruction appliquée, la navigation et le leadership. Vous participerez également à un programme rigoureux de sports et de conditionnement physique. Le cours de QMBO est offert en anglais ou en français et sa réussite constitue un préalable à la poursuite de l’instruction.

À la suite de la formation de base des officiers, une formation en seconde langue officielle peut vous être offerte. La formation peut durer de deux à neuf mois selon vos compétences en langue seconde.

Pour en savoir plus sur l’instruction de base ici.

Vous suivrez ensuite la formation à l’École de pilotage des Forces canadiennes, située à Portage-la-Prairie, au Manitoba. Ce cours vous initiera à l’environnement et aux procédures militaires de vol, et vous devrez réussir ce cours pour accéder à la formation continue.

La phase suivante est le cours de formation préalable qui vous présentera divers effets du vol sur le corps humain, les procédures de sécurité aérienne et les techniques élémentaires de survie en cas d’urgence sur terre ou en mer. Le cours comprend les éléments suivants :

  • Formation aéromédicale :
    • Effets de la force de gravité élevée
    • Effets de la haute altitude
    • Opération d’apport d’oxygène
    • Fonctionnement du siège éjectable
  • Survie sur terre – niveau élémentaire
  • Survie en mer – niveau élémentaire :
    • Techniques d’atterrissage en parachute
    • Entrée en mer
    • Habiletés de survie en mer

L’instruction de base d’entraînement en vol a lieu au Centre de formation de l’OTAN en vol à Moose Jaw, en Saskatchewan et dure huit mois. Vous serez formés pour piloter des avions dans un environnement militaire en salle de classe, sur simulateur et en vol d’instruction. De plus, vous recevrez une formation de perfectionnement en leadership pour vous préparer à vos responsabilités et votre équipage. En se basant sur l’évaluation du rendement, du rendement scolaire et du leadership en vol, vous serez affecté à l’une des trois voies de l’instruction avancée de vol :

  • Formation voilure tournante : offerte à Portage-la-Prairie, au Manitoba, vous pourrez compléter le cours de base d’hélicoptères de l’hélicoptère Jet Ranger
  • Formation multimoteur : offerte à Portage-la-Prairie, au Manitoba, vous vous entraînerez sur le Beech King Air C-90A
  • Formation d’avion de chasse : offerte à Moose Jaw, en Saskatchewan, vous vous entraînerez sur le Harvard II en tant que pilote de chasse et pilote instructeur

À la fin de l’instruction avancée en vol, vous recevrez votre brevet de pilote et pourrez procéder à une unité d’entraînement opérationnel pour la formation en avion et dans le rôle auquel vous aurez été affecté avant d’être intégré à un escadron opérationnel.

Programmes d’enrôlement

Si vous détenez déjà un diplôme universitaire, les FAC détermineront si votre programme d’études remplit les critères du poste et vous pourriez être envoyé directement à une formation en cours d’emploi après avoir obtenu votre qualification militaire de base. Cette qualification et la qualification d’officier sont requises avant toute affectation.

Chirurgie corrective pour la vision

Les candidats qui portent des lunettes, des lentilles de contact ou qui ont subi certains types de chirurgie réfractive pour améliorer leur vision peuvent postuler pour devenir pilotes. Cependant, les exigences visuelles pour les pilotes sont plus élevées que celles des autres groupes professionnels des FAC; les candidats doivent subir des examens ophtalmologiques supplémentaires. Les procédures de kératotomie radiaire ou d’ablation au laser de tissus de la cornée ne sont pas approuvées pour les pilotes.

Programme de formation des officiers de la Force régulière (PFOR)

En raison de l’obligation pour les officiers des FAC d’avoir un diplôme universitaire, les FAC subventionnent leurs études de premier cycle au Collège militaire royal. Les personnes admises ont droit à un salaire, à un régime de soins médicaux et dentaires, de même qu’à des vacances payées; ils doivent en retour servir dans les FAC pendant une période déterminée. En règle générale, les personnes admises sont nommées élèves-officiers en intégrant le programme du Collège militaire du Canada, où elles étudient des matières pertinentes à leur carrière militaire et universitaire. Dans de rares circonstances, selon les besoins des FAC, les élèves-officiers peuvent être autorisés à fréquenter une autre université canadienne. La décision sera prise au cas par cas. Si une carrière dans les FAC vous intéresse, y compris des études subventionnées, vous devez faire une demande d’admission au Collège militaire du Canada, mais nous vous recommandons de postuler également dans d’autres universités canadiennes, au cas où vous ne seriez pas admis au PFOR

Renseignez-vous ici sur les programmes d’études subventionnées.

Options à temps partiel

Cette possibilité d’emploi à temps partiel est offerte auprès de la Première réserve à certains endroits au Canada. En règle générale, les membres de la Force de réserve servent à temps partiel au sein d’une escadre de l’Aviation royale canadienne dans leur communauté. Ils sont payés durant leur instruction. Ils ne sont pas assujettis aux affectations ni aux déménagements militaires. Toutefois, ils peuvent se porter volontaires pour déménager à une autre base ou pour être déployés au Canada ou à l’étranger dans le cadre de missions militaires.

Les pilotes employés à temps partiel ou à titre d’occasionnels à temps plein effectuent habituellement leur service au sein d’une escadre ou d’un escadron de l’Aviation royale canadienne au Canada, y compris dans le Nord. Leur emploi consiste à piloter des aéronefs des FAC utilisés pour le transport et les opérations de recherche et sauvetage, de même que des hélicoptères tactiques.

Cette possibilité d’emploi dans la Force de réserve est offerte à un nombre limité de candidats non qualifiés, et dépend grandement de l’expérience préalable en matière de pilotage. Les candidats retenus recevront l’instruction élémentaire destinée aux officiers, après quoi ils entreprendront l’entraînement de base au pilotage à l’École de pilotage des Forces canadiennes, à Portage la Prairie, au Manitoba, aux fins de leur qualification en tant que pilotes; la poursuite de l’entraînement pour l’obtention du brevet de pilote dépendra de la réussite de ce cours. De nombreux pilotes employés à temps partiel sont d’anciens membres de la Force régulière qui satisfont aux normes de qualification des pilotes et qui ont fait l’objet d’un transfert de catégorie de service à la Force de réserve.

Les membres de la Réserve aérienne reçoivent le même niveau d’instruction que leurs homologues de la Force régulière, et ils sont employés au sein de la même unité et exécutent les mêmes tâches que ces derniers. En règle générale, les membres de la Réserve aérienne effectuent jusqu’à 12 jours de service par mois dans le cadre de journées normales de travail, et ont la possibilité de servir à temps plein pendant de brèves périodes, au besoin. Les membres de la Force de réserve reçoivent 92,8 % du taux de rémunération de la Force régulière, ont droit à des avantages sociaux raisonnables et peuvent être admissibles à contribuer à un régime de pension.