Explorez les carrières
Armée

Officier du génie

OFFICIER | Temps plein, Temps partiel


Posez votre candidature maintenant

Aperçu

Les officiers du génie aident l’Armée canadienne à vivre, à se déplacer et à combattre. Ils font partie du Corps du Génie royal canadien. Tout comme les officiers de l’arme blindée, de l’infanterie et de l’artillerie, les officiers du génie appartiennent aux armes de combat.

Les officiers du génie doivent être prêts en tout temps à se joindre au combat pour contribuer au succès de la mission du groupement tactique. En travaillant lors de situations d’urgence au Canada ou lors de missions à l’étranger, ils ont la responsabilité d’effectuer les tâches suivantes :

  • Construction de campements habitables
  • Ouverture de brèches dans des champs de mines
  • Emploi d’explosifs dans la destruction de routes ou de ponts
  • Construction de ponts ou de transbordeurs
  • Aménagement de chemins sur le champ de bataille
  • Destruction d’explosifs
  • Érection d’obstacles

Environnement de travail

Les officiers du génie peuvent être employés à des bases se trouvant partout au Canada, voire partout dans le monde. Ils vivent des expériences uniques en raison de tous les types de climats et de terrains dans lesquels ils sont appelés à travailler, que ce soit la toundra arctique, la jungle tropicale, le désert, les montagnes ou les complexes urbains.

Aperçu de carrière

Transcription

CAPITAINE BENJAMIN BOUCHER-FASSETT : Je suis le capitaine Benjamin Boucher-Fassett de Lévis, Québec, officier du génie au 5 e Régiment du génie de combat à Valcartier.

CAPITAINE BENJAMIN BOUCHER-FASSETT : Il y a aucune opération qui pourrait se réaliser sans les ingénieurs de combat. On est indispensables sur le terrain dû à nos qualifications, que ce soit pour brècher un champ de mines, l’ouverture d’une route, même la construction d’un pont — et même de se battre comme l’infanterie. On est indispensables sur chacun des terrains de bataille grâce à toutes nos qualifications.

Les officiers du génie sont des leaders formés dont les tâches principales consistent à diriger des troupes et à mettre en œuvre des plans militaires de haut niveau pour assurer le succès d’une mission. Le génie est un élément clé de toute mission militaire, que ce soit d’éliminer un obstacle sur le champ de bataille ou de construire un pont dans un pays étranger.

CAPITAINE BENJAMIN BOUCHER-FASSETT : Vous êtes entourés de conseillers techniques, des sergents, des adjudants, qui vraiment possèdent les connaissances. Vous êtes en charge de la planification en général, mais eux sont vraiment les experts sur le terrain. En tant qu’officier, c’est votre travail de leur donner les outils puis de les aider à le faire.

En tant que commandants de troupe, les officiers du génie fournissent des renseignements et des conseils cruciaux et doivent prendre d’importantes décisions concernant le fonctionnement des opérations du génie militaire.

CAPITAINE BENJAMIN BOUCHER-FASSETT : En tant qu’officier du génie, chaque journée est différente. Il y a aucune journée typique. On procède à nombreuses qualifications qui nous obligent à être toujours impliqués. Que ce soit en opération, en exercice, sur le champ de bataille, on est toujours amenés à appuyer nos alliés par nos connaissances et nos qualifications qui nous distinguent des autres.

Les officiers du génie sont habiles pour résoudre des problèmes et sont à la fois des experts techniques et des chefs militaires tactiques.

CAPITAINE BENJAMIN BOUCHER-FASSETT : Pour être un bon officier du génie, je vous dirais que ça prend quelqu’un qui a une soif d’apprendre. Notre métier est extrêmement varié, il y a énormément de tâches différentes, énormément de spécialisations différentes. Ça va être à vous d’aller chercher le maximum d’information, de vous fier sur vos pairs, de vous fier sur vos subordonnés, afin de mener à bien la mission.

Les officiers du génie sont régulièrement déployés dans des missions humanitaires et des missions de soutien aux autorités civiles au Canada. Ils contribuent également aux missions d’entraînement partout dans le monde.

CAPITAINE BENJAMIN BOUCHER-FASSETT : En tant qu’officier du génie, vous allez avoir différentes options pour votre carrière, différentes spécialisations qui s’offrent à vous, que ce soit la branche opérationnelle dans les unités de première ligne; vous allez pouvoir devenir plongeur de combat, parachutiste, et même expert en neutralisation d’engins explosifs. Peu importe le choix que vous allez décider, toutes ces options sont très différentes, très intéressantes et vont vous amener à vous dépasser.

CAPITAINE BENJAMIN BOUCHER-FASSETT : Une expérience incroyable que j’ai eu la chance de vivre — bien, mon déploiement en Irak lors de l’Opération Impact. J’ai eu la chance de commander une troupe en charge de donner de l’enseignement à l’armée irakienne sur la neutralisation des engins explosifs. Concrètement sur le terrain, j’ai vraiment eu la chance de pouvoir faire une différence, de pouvoir partager nos compétences et nos connaissances avec leur armée. Ça a été une expérience extrêmement enrichissante qui m’a vraiment permis de pouvoir faire une différence directement sur le terrain.

Une fois leur instruction professionnelle terminée, les officiers du génie sont affectés à une unité au sein de l’un des régiments du génie au Canada. Ils deviennent alors commandants de troupe et sont immédiatement placés en position de leadership. Leur horaire est chargé : ils planifient des entraînements, commandent leurs troupes et accomplissent les tâches administratives communes à tous les officiers.

CAPITAINE BENJAMIN BOUCHER-FASSETT : Dès le départ, vous allez arriver au régiment en tant que commandant de troupe, vous allez être en charge d’une troupe d’environ une trentaine de personnes, avec les commandants de section, et votre bras-droit l’adjudant. En tant qu’officier, vous allez être appelé à préparer tout le côté opérationnel, toute la tactique, la préparation d’exercices, planification pour les opérations et toute l’administration qui encadre une troupe.

Les officiers du génie peuvent choisir une branche de spécialisation comme la plongée de combat, les explosifs et la manipulation d’équipement lourd ou se diriger vers la géomatique ou la gestion d’infrastructures.

CAPITAINE BENJAMIN BOUCHER-FASSETT : Ce qui me rend le plus fier de mon métier, c’est àchaque jour de voir les gens se dépasser. C’est d’arriver sur un site de tâches, c’est de voir un pont construit de A à Z, c’est de voir un champ de mines qui est brèché, c’est de voir des explosions, des choses comme ça. Quand le commandant du régiment vient me voir puis complimente le travail de ma troupe, l’effort que mes gars ont donné sur le terrain, c’est vraiment ce qui me rend le plus fier.

Emplois civils équivalents

  • Utilities/Equipment Manager
  • Ingénieur en construction
  • Gestionnaire supérieur – Construction
  • Ingénieur – géologue
  • Ingénieur des mines
  • Gestionnaire de matériel/services

Instruction

Après votre enrôlement, vous commencerez la qualification militaire de base des officiers de 12 semaines à l’École de leadership et de recrues des Forces canadiennes de Saint-Jean-sur-Richelieu, au Québec. Les sujets abordés comprennent les connaissances militaires générales, les principes du leadership, les règlements et coutumes des Forces armées canadiennes (FAC), le maniement des armes de base et les premiers soins. Vous aurez la possibilité de mettre en application les compétences militaires nouvellement acquises dans le cadre d’exercices d’entraînement portant sur la protection de la force, l’instruction appliquée, la navigation et le leadership. Vous participerez également à un programme rigoureux de sports et de conditionnement physique. Le cours de QMBO est offert en anglais ou en français et sa réussite constitue un préalable à la poursuite de l’instruction.

À la suite de la formation de base des officiers, une formation en seconde langue officielle peut vous être offerte. La formation peut durer de deux à neuf mois selon vos compétences en langue seconde.

Phase commune de l'Armée canadienne

Après l’instruction de base, vous fréquenterez l’École d’infanterie au Centre d’instruction au combat, située à Gagetown, au Nouveau-Brunswick. Vous tirerez parti de l’instruction en matière de leadership que vous avez reçue pendant la formation de base des officiers, en plus d’acquérir les compétences requises pour tous les soldats des armes de combat, y compris des techniques plus poussées liées au maniement d’armes, aux manœuvres en campagne et aux tactiques de la section.

Pour en savoir plus sur l’instruction de base ici.

Vous continuerez votre formation à la BFC Gagetown, au Nouveau-Brunswick. Pendant deux mois et demi, votre formation sera centrée sur les compétences fondamentales du génie du combat et portera sur les sujets suivants :

  • Rudiments de la démolition
  • Guerre des mines
  • Construction d’obstacles
  • Fortifications de campagne
  • Tactiques débarquées d’infanterie de niveau peloton

Votre formation se terminera par un déploiement de trois semaines en campagne où sera évaluée votre aptitude à diriger une troupe de sapeurs. Les neuf derniers mois de votre formation seront centrés sur les aspects de génie de la reconnaissance, de la planification et du combat de niveau troupe. La formation porte sur les sujets suivants :

  • Érection de ponts
  • Installation de champs de mines
  • Enlèvement de pièges
  • Interdiction d’itinéraire
  • Démolition de ponts
  • Construction et réparation de chemins de champ de bataille
  • Ouvrages défensifs
  • Engins de campagne improvisés faits de bois et de corde
  • Destruction des munitions sur le champ de bataille
  • Construction de camps temporaires
  • Ouverture, au nez de l’ennemi, de brèches dans différents obstacles

Au terme de la dernière phase, pendant un déploiement en campagne exhaustif de quatre semaines, les habiletés que vous aurez acquises en matière de direction d’une troupe exécutant des tâches de génie de combat seront évaluées.

Vous pourriez avoir la possibilité d’acquérir des compétences spécialisées par l’intermédiaire de cours magistraux ou d’une formation en cours d’emploi, y compris les sujets suivants :

  • Soutien cartographique et géodésique aux opérations interarmées
  • Génie des infrastructures des installations de garnison et des installations de déploiement
  • Génie technique en appui à l’acquisition et à la gestion de l’équipement

Programmes d’enrôlement

Si vous détenez déjà un diplôme universitaire, les Forces détermineront si votre programme d’études remplit les critères du poste et vous pourriez être envoyé directement à une formation en cours d’emploi après avoir obtenu votre qualification militaire de base. Cette qualification et la qualification d’officier sont requises avant toute affectation.

Programme de formation des officiers de la Force régulière (PFOR)

En raison de l’obligation pour les officiers des FAC d’avoir un diplôme universitaire, les FAC subventionnent leurs études de premier cycle au Collège militaire royal. Les personnes admises ont droit à un salaire, à un régime de soins médicaux et dentaires, de même qu’à des vacances payées; ils doivent en retour servir dans les FAC pendant une période déterminée. En règle générale, les personnes admises sont nommées élèves-officiers en intégrant le programme du collège militaire du Canada, où elles étudient des matières pertinentes à leur carrière militaire et universitaire. Dans de rares circonstances, selon les besoins des FAC, les élèves-officiers peuvent être autorisés à fréquenter une autre université canadienne. La décision sera prise au cas par cas. Si une carrière dans les FAC vous intéresse, y compris des études subventionnées, vous devez faire une demande d’admission au collège militaire du Canada, mais nous vous recommandons de postuler également dans d’autres universités canadiennes, au cas où vous ne seriez pas admis au PFOR.

Renseignez-vous ici sur les programmes d’études payés.

Options à temps partiel

Cette possibilité d’emploi à temps partiel est offerte auprès de la Première réserve à certains endroits au Canada. En règle générale, les membres de la Force de réserve servent à temps partiel au sein d’une unité militaire dans leur communauté et peuvent effectuer leur service pendant qu’ils sont aux études ou qu’ils occupent un emploi civil. Ils sont payés durant leur instruction. Ils ne sont pas assujettis aux affectations ni aux déménagements militaires. Toutefois, ils peuvent se porter volontaires pour déménager à une autre base ou pour être déployés au Canada ou à l’étranger dans le cadre de missions militaires.

La principale responsabilité des officiers du génie consiste à veiller à la préparation au combat. Ils aident l’Armée canadienne à vivre, à se déplacer et à combattre. Comme l’arme blindée, l’infanterie et l’artillerie, les officiers du génie font partie intégrante de l’équipe des armes de combat. Lorsqu’ils sont employés à temps partiel ou à titre d’occasionnels à temps plein, ils effectuent habituellement leur service dans des unités de l’Armée canadienne à différents endroits au Canada.

Les membres de la Force de réserve reçoivent le même niveau d’instruction que leurs homologues de la Force régulière. Ils commencent généralement leur instruction avec leur unité d’attache pour s’assurer qu’ils répondent aux normes militaires professionnelles de base. Après l’instruction de base destinée aux officiers, l’unité d’attache s’occupera de prévoir de l’instruction additionnelle permettant l’acquisition des compétences spécialisées. Les officiers du génie sont formés pendant environ un an en vue de leur qualification à l’École du génie militaire des Forces canadiennes à Gagetown, au Nouveau-Brunswick.

En règle générale, les membres de la Force de réserve effectuent leur service à temps partiel au sein de leur unité d’attache, le soir et la fin de semaine, suivant un horaire établi. Toutefois, ils peuvent également effectuer leur service en occupant des postes à temps plein au sein de certaines unités pour des périodes déterminées, selon la nature des tâches à exécuter. Ils reçoivent 92.8 pour cent du taux de rémunération de la Force régulière, ont droit à des avantages sociaux raisonnables et peuvent être admissibles à contribuer à un régime de pension.