Explorez les carrières
Armée

Officier d’infanterie

OFFICIER | Temps plein, Temps partiel


Posez votre candidature maintenant

Aperçu

Les officiers d’infanterie accomplissent une vaste gamme de tâches, notamment commander et diriger des soldats faisant partie d’une équipe et occuper divers postes d’état-major, entre autres dans les domaines de la planification, de l’instruction, du renseignement, de la logistique et de l’administration du personnel.

Ils sont des membres commissionnés des régiments d’infanterie du Canada et appartiennent aux Armes de combat. Ils peuvent donc être déployés partout au monde, dans toutes sortes d’environnements comme la toundra arctique, les montagnes, la jungle ou le désert et dans toutes les combinaisons d’Armes, dont les opérations parachutées, aéroportées et amphibies. Le rôle primaire de l'infanterie en situation de combat consiste à se rapprocher de l’ennemi et à le détruire.

Environnement de travail

Les officiers d’infanterie font face aux défis impliquant le travail à l’extérieur, dans toutes sortes de conditions météorologiques. Lorsqu’ils ne sont pas en service, ils servent dans un environnement de garnison, ce qui comprend le conditionnement physique, le travail administratif et le maniement d’armes. Le travail administratif est relatif à la gestion du personnel et à l’entretien des armes, des véhicules et de l’équipement. Ces tâches ont généralement lieu lors des heures de travail normales.

Initialement, les soldats de l’infanterie sont affectés à l’un des trois régiments:

1) le Royal Canadian Regiment, à Petawawa, en Ontario ou Gagetown, en Nouveau-Brunswick
2) le Princess Patricia’s Canadian Light Infantry, à Edmonton ou Shilo, en Alberta
3) le Royal 22e Régiment, à Valcartier, Quebec City, Laval, ou Saint-Hyacinthe, au Québec.

Aperçu de carrière

Transcription

CAPITAINE JEAN-PHILIPPE LAVOIE-TREMBLAY : Je suis capitaine Jean-Philippe Lavoie-Tremblay de Jonquière, officier d’infanterie présentement muté à l’École d’infanterie des Forces armées canadiennes à Gagetown.

Les officiers d’infanterie des Forces armées canadiennes sont généralement les premiers à se rendre sur le terrain afin de mener des opérations militaires partout dans le monde. Qu’ils effectuent des raids, des embuscades ou des missions de sécurité et de stabilité, les officiers d’infanterie mènent une carrière passionnante. Ils font partie d’une équipe interarmes qui comprend des membres de l’Arme blindée, de l’artillerie et du génie.

CAPITAINE JEAN-PHILIPPE LAVOIE-TREMBLAY : Le rôle de l’infanterie, dans le fond, c’est de trouver et détruire l’ennemi, puis c’est vraiment la pierre angulaire des Forces armées canadiennes, donc c’est vraiment la pièce centrale qui va s’assurer de non seulement remplir son mandat principal mais aussi prendre et tenir le terrain. Toute l’armée canadienne fonctionne autour de l’infanterie. À titre de commandant de peloton, c’est de diriger des troupes au combat et dans toutes sortes de contextes, que ce soit maintien de la paix, contre-insurrection. On gère une trentaine de personnes au quotidien, on s’assure que l’administration soit gérée au sein du peloton, on s’assure que leur entraînement soit à niveau.

Comme elle a remporté de nombreux honneurs de guerre, l’Armée de terre est fière de ses réalisations au Canada et à l’étranger. L’insigne de coiffure régimentaire est une source de fierté, car ce symbole signifie que l’on fait partie intégrante d’un régiment historique qui peut avoir plus de 100 ans. Chaque officier et régiment d’infanterie du Canada incarne cette fierté et ce sentiment d’appartenance à l’histoire.  

CAPITAINE JEAN-PHILIPPE LAVOIE-TREMBLAY : En garnison, ça va vraiment être de maintenir un plan de mise en forme, de mise à niveau en termes de techniques de combat ou de la navigation. Tandis qu’à campagne, c’est vraiment là où l’officier d’infanterie, lui, prépare le plan tactique, va donner ses ordres à ses membres pour ensuite l’exécuter à titre de coordonnateur, dans le fond. C’est pas lui qui va rentrer dans la tranchée mais c’est lui qui va coordonner toute l’action avec son peloton pour s’assurer que tout est fait dans le bon ordre.

La condition physique, la résilience mentale et la volonté de se battre sont quelques-unes des principales qualités des officiers d’infanterie, qui peuvent s’attendre à être mis à l’épreuve dans chacune de leurs entreprises.

CAPITAINE JEAN-PHILIPPE LAVOIE-TREMBLAY : Pourquoi l’infanterie? Ben, c’est assez simple : t’es dans l’armée ou tu l’es pas. Et puis selon moi, le métier d’officier d’infanterie représentait le mieux mon désir, puis moi je recherchais vraiment un véritable défi. Puis je voulais avoir l’impact positif le plus grand sur les gens autour de moi. Puis, selon moi, le métier d’infanterie reflétait le mieux ce désir-là.

Remplir les fonctions d’officier d’infanterie est une aventure qui peut vous mener n’importe où dans le monde — notamment en milieu urbain, rural, désertique ou forestier, ainsi que dans la jungle ou l’Arctique. Vous pouvez être appelé à lutter contre les inondations et les incendies au pays ou à

collaborer avec nos alliés dans le cadre d’importantes missions de l’OTAN à l’étranger. Le leadership est plus qu’un mot dans cette profession — il s’agit d’une devise à adopter et à appliquer tous les jours. Les officiers d’infanterie sont des personnes qui doivent exceller dans la résolution de problèmes. Ils doivent accomplir leurs tâches dans des conditions exigeantes et des délais serrés.

CAPITAINE JEAN-PHILIPPE LAVOIE-TREMBLAY : Pour être un bon officier d’infanterie, ça prend la capacité de réagir en tout temps, de savoir prendre les choses pour ce qu’elles sont, savoir peser le pour et le contre, regarder vers ses sous-officiers, vers ses membres du rang, demander des questions, demander des conseils, puis s’assurer dans le fond qu’on s’en va tous dans la bonne direction.

CAPITAINE JEAN-PHILIPPE LAVOIE-TREMBLAY : Je crois que ce qui a rendu cette expérience-là incroyable pour moi, c’est la confrérie que j’ai pu établir avec mon peloton. C’est vraiment un sentiment d’accomplissement de faire partie de quelque chose de plus grand que moi. Puis c’est vraiment aussi tout cet échange-là que j’ai pu faire avec d’autres pays, avec mes pairs, avec mes sous-officiers, puis avec les membres du rang qui ont participé à ces missions-là avec moi.

Après avoir suivi l’instruction par phases de l’Armée de terre, les officiers d’infanterie de la Force régulière sont affectés à l’un des bataillons des principales bases du Canada afin d’assumer le commandement d’un peloton de 30 à 40 soldats. Les réservistes qui terminent l’instruction retournent dans leur régiment d’appartenance et assument également un poste de leadership.

CAPITAINE JEAN-PHILIPPE LAVOIE-TREMBLAY : Lorsqu’un jeune officier arrive au régiment ou au bataillon, la première chose qui va se produire normalement, c’est qu’il va devenir commandant de peloton. Une fois que c’est fait, il va pouvoir se diriger potentiellement vers l’appui tac, que ce soit à la reconnaissance, aux mortiers, à l’anti-char. Ou il va pouvoir aller comme opposition comme capitaine VBL au sein du même bataillon où il va avoir une charge plus agrandie au sein de la compagnie VBL.

CAPITAINE JEAN-PHILIPPE LAVOIE-TREMBLAY : J’adore mon travail. C’est un travail qui est différent, c’est un travail qui est peut-être atypique a priori, mais c’est un travail qui a beaucoup à nous apprendre, c’est un travail qui donne beaucoup. L’infanterie, c’est vraiment le summum de ce que l’armée a à offrir, puis c’est vraiment la meilleure façon de me dépasser personnellement puis d’atteindre mes buts professionnels. J’ai cru que grâce aux Forces armées canadiennes, en fait, j’allais pouvoir atteindre ce but-là, et puis en fait je réussis à chaque jour.

Emplois civils équivalents

  • Même si aucun emploi civil ne correspond directement à ce groupe professionnel militaire, l’expérience, les compétences et le leadership acquis à ce poste sont des atouts très prisés par les employeurs civils.

Instruction

Après votre enrôlement, vous commencerez la qualification militaire de base des officiers de 12 semaines à l’École de leadership et de recrues des Forces canadiennes de Saint-Jean-sur-Richelieu, au Québec. Les sujets abordés comprennent les connaissances militaires générales, les principes du leadership, les règlements et coutumes des Forces armées canadiennes (FAC), le maniement des armes de base et les premiers soins. Vous aurez la possibilité de mettre en application les compétences militaires nouvellement acquises dans le cadre d’exercices d’entraînement portant sur la protection de la force, l’instruction appliquée, la navigation et le leadership. Vous participerez également à un programme rigoureux de sports et de conditionnement physique. Le cours de QMBO est offert en anglais ou en français et sa réussite constitue un préalable à la poursuite de l’instruction.

À la suite de la formation de base des officiers, une formation en seconde langue officielle peut vous être offerte. La formation peut durer de deux à neuf mois selon vos compétences en langue seconde.

Pour en savoir plus sur l’instruction de base ici.

La formation des officiers d’infanterie est dispensée à l’École d’infanterie du Centre d’instruction au combat, située à Gagetown, au Nouveau-Brunswick. Vous acquerrez les connaissances relatives aux fonctions et aux responsabilités nécessaires pour commander et diriger un peloton. Cette formation est conçue pour développer de manière progressive des compétences en leadership ainsi que pour offrir en même temps de grands défis tactiques liés à la réalisation d’opérations. Cette expérience d’apprentissage comprend également de la formation sur le maniement d’armes.

Pendant la dernière étape de la formation, vos compétences en leadership et vos habiletés tactiques continueront de se développer tandis que vous travaillerez dans un environnement mécanisé où vous  apprendrez à manœuvrer un véhicule blindé léger (VBL) III, à devenir habile à utiliser un éventail de systèmes infrarouges et de vision nocturne ainsi que des armes spécialisées. Après avoir maîtrisé les éléments tactiques relatifs au commandement d’un peloton d’un véhicule armé, vous serez affectés à un bataillon d’infanterie opérationnel afin d’assumer le commandement d’un peloton d’infanterie.

Vous pourriez avoir la possibilité d’acquérir des compétences spécialisées par l’intermédiaire de cours magistraux ou d’une formation en cours d’emploi dans le but de devenir commandant de peloton, et de commander et diriger un peloton d’infanterie sur le terrain et lors de déploiements. Des officiers d’infanterie sélectionnés peuvent également se voir offrir l’occasion d’acquérir d’autres compétences spécialisées, comme la réalisation du Cours sur les opérations d’éclaireurs-patrouilleurs ou des cours de parachutiste de niveau élémentaire ou de parachutisme en chute libre.

Programmes d’enrôlement

Si vous détenez déjà un diplôme universitaire, les FAC détermineront si votre programme d’études remplit les critères du poste et vous pourriez être envoyé directement à une formation en cours d’emploi après avoir obtenu votre qualification militaire de base. Cette qualification et la qualification d’officier sont requises avant toute affectation.

Programme de formation des officiers de la Force régulière (PFOR)

En raison de l’obligation pour les officiers des FAC d’avoir un diplôme universitaire, les FAC subventionnent leurs études de premier cycle au Collège militaire royal. Les personnes admises ont droit à un salaire, à un régime de soins médicaux et dentaires, de même qu’à des vacances payées; ils doivent en retour servir dans les FAC pendant une période déterminée. En règle générale, les personnes admises sont nommées élèves-officiers en intégrant le programme du collège militaire du Canada, où elles étudient des matières pertinentes à leur carrière militaire et universitaire. Dans de rares circonstances, selon les besoins des FAC, les élèves-officiers peuvent être autorisés à fréquenter une autre université canadienne. La décision sera prise au cas par cas. Si une carrière dans les FAC vous intéresse, y compris des études subventionnées, vous devez faire une demande d’admission au collège militaire du Canada, mais nous vous recommandons de postuler également dans d’autres universités canadiennes, au cas où vous ne seriez pas admis au PFOR.

Renseignez-vous ici sur les programmes d’études payés.

Options à temps partiel

Cette possibilité d’emploi à temps partiel est offerte auprès de la Première réserve à certains endroits au Canada. En règle générale, les membres de la Force de réserve servent à temps partiel au sein d’une unité militaire dans leur communauté et peuvent effectuer leur service pendant qu’ils sont aux études ou qu’ils occupent un emploi civil. Ils sont payés durant leur instruction. Ils ne sont pas assujettis aux affectations ni aux déménagements militaires. Toutefois, ils peuvent se porter volontaires pour déménager à une autre base ou pour être déployés au Canada ou à l’étranger dans le cadre de missions militaires.

Les officiers d’infanterie servent dans l’Armée canadienne. Le principal rôle de l’Infanterie au cours des opérations est l’engagement au combat. Les officiers d’infanterie accomplissent une vaste gamme de tâches, notamment commander et diriger des soldats faisant partie d’une équipe et occuper divers postes d’état-major, entre autres dans les domaines de la planification, de l’instruction, du renseignement, de la logistique et de l’administration du personnel. Lorsqu’ils sont employés à temps partiel ou à titre d’occasionnels à temps plein, ils effectuent habituellement leur service dans des unités d’infanterie des FAC à différents endroits au Canada.

Les membres de la Force de réserve reçoivent le même niveau d’instruction que leurs homologues de la Force régulière. Ils commencent généralement leur instruction avec leur unité d’attache pour s’assurer qu’ils répondent aux normes militaires professionnelles de base. Après l’instruction de base destinée aux officiers, l’unité d’attache s’occupera de prévoir de l’instruction additionnelle permettant l’acquisition des compétences spécialisées. L’instruction requise pour les officiers d’infanterie est offerte à l’École d’infanterie des Forces canadiennes à Gagetown, au Nouveau-Brunswick.

En règle générale, les membres de la Force de réserve effectuent leur service à temps partiel au sein de leur unité d’attache, le soir et la fin de semaine, suivant un horaire établi. Toutefois, ils peuvent également effectuer leur service en occupant des postes à temps plein au sein de certaines unités pour des périodes déterminées, selon la nature des tâches à exécuter. Ils reçoivent 92.8 pour cent du taux de rémunération de la Force régulière, ont droit à des avantages sociaux raisonnables et peuvent être admissibles à contribuer à un régime de pension.