Explorez les carrières
Armée

Technicien de munitions

Militaires du rang | Temps plain


Posez votre candidature maintenant

Aperçu

Les techniciens de munitions sont responsables de toutes les munitions, des stocks d’articles explosifs utilisés dans les Forces armées canadiennes (FAC), de même que des programmes de sécurité des munitions et des explosifs. Ils effectuent également des inspections techniques, des mises à l’essai et des épreuves, en plus de veiller à l’entretien, la modification et l’aliénation de tous les explosifs et munitions des FAC.

Leurs principales responsabilités sont les suivantes :

  • Fournir des conseils sur tout ce qui concerne la sécurité des munitions et des explosifs
  • Gérer l’entreposage des munitions et des explosifs
  • Préparer et expédier les munitions et les explosifs
  • Gérer des installations statiques, en campagne et dans le cadre des déploiements
  • Neutraliser des engins explosifs et voir aux procédures d’élimination
  • Certifier que les munitions, articles explosifs, débris, rebus de munitions et autres rebuts sont exempts de matières explosives, selon le niveau de classification
  • Effectuer des opérations de neutralisation de dispositifs explosifs de circonstance
  • Se servir d’équipement dans le cadre d’opérations

Environnement de travail

Les techniciens de munitions peuvent travailler à différents endroits et dans des conditions environnementales variées. Ils sont d’abord affectés à une installation de munitions pour acquérir de l’expérience et des connaissances. Lorsque leur formation est terminée, ils peuvent être déployés au Canada ou dans le cadre d’opérations à l’échelle de la planète.

Career Overview

Transcription

CAPORAL-CHEF LOUIS-FÉLIX SÉGUIN-GOUGEON : Je suis le caporal-chef Louis-Félix Séguin-Gougeon, originaire de Rimouski, technicien de munitions au Dépôt de munitions des Forces canadiennes à Bedford, en Nouvelle-Écosse.

Les techniciens de munitions sont des experts dans la distribution, l’entreposage, l’expédition et l’élimination des munitions dans les Forces armées canadiennes. Ce sont des conseillers techniques qui ont le devoir de s’assurer que toutes les munitions et tous les explosifs dont les Forces ont besoin sont utilisés en toute sécurité. 

Les techniciens de munitions doivent connaître tous les types de munitions : leur aspect, leur bruit, et les dangers associés à leur manipulation.  

CAPORAL-CHEF LOUIS-FÉLIX SÉGUIN-GOUGEON : On travaille avec toutes les munitions, en partant du plus petit calibre qu’on peut imaginer, que ce soit les calibres pour les pistolets, les fusils, les revolvers; les obus pour les bateaux, pour l’artillerie; les torpilles pour les bateaux, des missiles; tout ce que la Force aérienne utilise, que ce soit aussi des missiles, ou de la munition plus grosse pour les canons automatiques, ou encore même des bombes. 

Les techniciens de munitions utilisent une variété d’équipement et travaillent avec tous les autres métiers pour acheminer les munitions où elles doivent aller — au Canada ou à l’étranger pour appuyer les opérations militaires dans le monde. Ce cheminement de carrière unique convient aux personnes qui aiment travailler avec des marchandises dangereuses et qui ont un penchant pour les connaissances techniques et le dépannage. 

CAPORAL-CHEF LOUIS-FÉLIX SÉGUIN-GOUGEON : Notre métier consiste en fait à s’assurer que toutes les munitions pour les Forces canadiennes, de l’acquisition du manufacturier jusqu’à temps que les utilisateurs les mettent à essai, soient sécuritaires et soient efficaces.

Le travail quotidien des techniciens de munitions est incroyablement varié. Pendant les exercices ici au Canada, ils sont responsables des vérifications de sécurité et de la distribution des munitions, ils doivent assurer un suivi de ce qui est utilisé, et reprendre et entreposer ce qui n’a pas été utilisé. Lorsque l’exercice est terminé, ils vont sur le terrain pour nettoyer le champ des obus et des missiles non explosés. 

CAPORAL-CHEF LOUIS-FÉLIX SÉGUIN-GOUGEON : Les explosions sont toujours très impressionnantes. On les voit encore et encore, mais on se tanne pas de les voir. C’est toujours très impressionnant de les voir. Plus elles sont grosses, mieux c’est.


 

 

 

CAPORAL-CHEF LOUIS-FÉLIX SÉGUIN-GOUGEON : Une des expériences les plus marquantes que j’ai pu avoir, c’est d’aller passer un été à Dundurn pour faire des champs de tir de démolition. C’est vraiment impressionnant à Dundurn de passer toute la journée à travailler sur le champ de tir, de tout préparer, pour finalement à la fin de la journée, quand tout est fait après toute cette labeur, toute cette chaleur, toute cette sueur, de pouvoir tout faire exploser comme c’était prévu, dans l’ordre qu’on avait prévu et que tout se passe bien — c’est vraiment gratifiant puis c’est vraiment une expérience unique.

Après avoir reçu leur qualification professionnelle, les techniciens de munitions travailleront dans les bases canadiennes.

Les techniciens de munitions travaillent dans des installations qui possèdent des stocks nationaux de munitions et d’explosifs. Ils œuvrent dans tous les aspects du cycle de vie des munitions.  

CAPORAL-CHEF LOUIS-FÉLIX SÉGUIN-GOUGEON : Lorsqu’on est muté la première fois quand on a fini notre cours, on est normalement pris en charge par un technicien de munitions qui est plus expérimenté. Après ça, on va passer à travers toutes les sections, petit à petit, afin de découvrir toutes les facettes du métier de technicien de munitions.

De manière générale, ces rotations durent trois mois, ou plus, pour s’assurer que les techniciens de munitions soient compétents dans tous les aspects de leur travail — pour diverses unités, comme les Services techniques, les services de réception et de livraison, l’entrepôt, la sécurité des explosifs et la récupération des explosifs. 

À mesure qu’ils acquièrent de l’expérience, ils auront la chance de suivre des cours de formation avancée, tant au Canada qu’à l’étranger, et de se perfectionner sur l’élimination des munitions chimiques. Les occasions de voyager sont nombreuses, au Canada et à l’étranger, en appui aux opérations militaires courantes.   

CAPORAL-CHEF LOUIS-FÉLIX SÉGUIN-GOUGEON : Ça nous permet de voyager, forcément. Depuis que moi, je suis dans l’Armée, j’ai voyagé dans toutes les provinces du Canada, j’ai voyagé outremer pour plusieurs trucs. Alors ça, c’est vraiment intéressant de le faire, ça permet d’avoir accès à des choses qu’on aurait jamais accès autrement, et puis forcément, de travailler avec des munitions tous les jours — en dehors de travailler pour les Forces canadiennes, je pense pas qu’il y ait aucun endroit vraiment où on peut faire ça.


 

Emplois civils équivalents:

  • Inspecteur et réglementation en génie
  • Manutentionnaire
  • Technicien / technicienne de munitions civil
  • Opérateur civil de neutralisation des explosifs et des munitions et de nettoyage des champs de tir

Instruction

La première étape de l’instruction est le Cours de qualification militaire de base, ou instruction de base, qui est offert à l’École de leadership et de recrues des Forces canadiennes à Saint-Jean-sur-Richelieu, au Québec. Ce cours vous enseignera les aptitudes de base et les connaissances communes à tous les emplois militaires. L’un des objectifs du cours est de veiller à ce que vous conserviez la norme de condition physique des FAC; par conséquent l'entraînement est physiquement exigeant.

Après avoir suivi le cours de QMB, vous vous rendrez à un centre d’instruction militaire pour suivre le cours de qualification de soldat, qui porte sur les sujets suivants :

  • Condition physique de l’Armée canadienne
  • Opérations offensives et défensives à pied
  • Patrouilles de reconnaissance
  • Techniques individuelles de campagne

Pour en savoir plus sur l’instruction de base ici.

Vous pourriez avoir la possibilité d’acquérir des compétences spécialisées par l’intermédiaire de cours magistraux ou d’une formation en cours d’emploi, y compris les cours suivants :

  • Neutralisation d’engins explosifs artisanaux
  • Transport de matières dangereuses
  • Neutralisation de munitions biologiques ou chimiques
  • Manipulation d’explosifs maritimes

Formation en cours d'emploi

Après la formation initiale de cinq mois, vous ferez un stage pratique de 24 mois dans un dépôt de munitions pour y acquérir une expérience pratique. Vous exécuterez des tâches clés en vue de la prochaine phase d’instruction.

À mesure qu’ils progresseront dans leur carrière, les techniciens en munitions qui manifesteront les aptitudes et les prédispositions nécessaires auront accès à l’instruction avancée. Les cours offerts comprennent notamment :

  • Élimination de munitions classiques – niveau avancé

Programmes d’enrôlement

Ce poste exige que les candidats aient terminé au minimum leur 10e année ou leur secondaire IV au Québec, conformément aux normes provinciales. Il est possible que les études à l’étranger soient reconnues.