Passer au contenu principal
Explorez les carrières
Aviation

Technicien / Technicienne en systèmes d’armement

Militaires du rang | Temps plein, Temps partiel


Postulez maintenant

Aperçu

Les techniciens(nes) en systèmes d’armement sont chargés de la maintenance des systèmes d’armement d’un aéronef. Ils doivent également veiller à l’entreposage et à la manipulation des explosifs ainsi qu’à la neutralisation des explosifs et munitions pour l’Aviation royale canadienne.

Leurs principales responsabilités sont les suivantes :

  • Mettre à l’essai, inspecter et réparer les systèmes d’armement aériens
  • Exécuter les vérifications d’assurance de la qualité
  • Remplir et tenir à jour les formulaires et les données statistiques sur les aéronefs
  • S’acquitter de tâches liées à la manœuvre des aéronefs, notamment :
    • Stationnement
    • Remorquage
    • Guidage au sol
    • Démarrage
    • Avitaillement
    • Nettoyage
    • Déglaçage
    • Chargement et déchargement des armes
    • Systèmes d’armement
  • Utiliser du matériel de soutien des aéronefs

Environnement de travail

Les techniciens(nes) en systèmes d’armement sont principalement affectés à une base aérienne, où ils travaillent dans un atelier de maintenance d'aéronefs, dans un hangar de maintenance, à bord d’aéronefs, dans un laboratoire ou sur la ligne de vol. Toutefois, ils peuvent aussi travailler en mer à bord de navires ou être déployés dans un aérodrome. Ils sont aussi appelés à effectuer certaines tâches en vol. En termes géographiques, le lieu d’emploi peut varier entre des bases et des escadres des Forces armées canadiennes (FAC) au Canada, notamment dans l’Arctique, et partout dans le monde afin de respecter les engagements internationaux pris par le Canada.

Aperçu de carrière

Transcription

TITRE:

Technicien/Technicienne en systèmes d'armement

CAPORAL-CHEF FRANCIS BEAUDIN : Je suis le caporal-chef Francis Beaudin, originaire de Saint-David-de-Falardeau, Québec, technicien en systèmes d'armement, muté à la 4e Escadre Cold Lake, en Alberta.

Les techniciens en systèmes d’armement travaillent dans le hangar et sur la ligne de vol, installant, réparant et testant les systèmes d’armes complexes des chasseurs à réaction, des hélicoptères maritimes et des aéronefs de patrouille à long rayon d’action du Canada.

Ils servent dans des bases à l’échelle du Canada, à bord de navires avec nos hélicoptères maritimes et partout où nos escadrons de l’Aviation royale canadienne se déploient.

CAPORAL-CHEF FRANCIS BEAUDIN : Le technicien en systèmes d'armement joue un rôle très important sur l'avion pour mettre tous les missiles, les bombes, tout le système de contre-défense sur l'avion. S'il n'y a pas d'armement sur cet avion, c'est juste un avion avec deux moteurs et des ailes.

Les techniciens en systèmes d’armement affectés à un escadron de chasseurs travaillent soit sur la ligne de vol, soit dans un atelier de seconde ligne. Sur la ligne de vol, ils effectuent la plupart des chargements de bombes, de missiles et de munitions sur l’aéronef, ainsi que la maintenance de tous les systèmes à bord de l’aéronef qui ont trait à l’armement, notamment le système de canon et les lance-bombes et les lanceurs sur les ailes. Dans l’atelier, les techniciens en systèmes d’armement assemblent et désassemblent les bombes et les missiles et remplissent les karts de munitions qui sont livrés à l’escadron. Ils remplissent également les paillettes et les leurres thermiques.

De plus, les techniciens en systèmes d’armement qualifiés pour la neutralisation d’explosifs et de munitions sont responsables de disposer de façon sécuritaire des munitions non-explosées qui se trouvent sur un champ de tir, la plupart du temps en les faisant exploser.

CAPORAL-CHEF FRANCIS BEAUDIN : Le technicien en systèmes d'armement peut aussi être employé pour faire le démarrage de l'avion, l'arrêt des avions quand ils atterrissent, peut aussi être employé pour faire du remorquage d'avions à l'intérieur des hangars et à l'extérieur des hangars.

Dans un escadron de patrouille à long rayon d’action, les techniciens en systèmes d’armement chargent des torpilles et des bouées acoustiques sur l’aéronef et entretiennent ces systèmes; alors que les techniciens affectés à un escadron d’hélicoptères maritimes passeront du temps dans le cadre du détachement aérien sur une frégate de la Marine royale canadienne en déploiement naval dans le monde entier, à charger des torpilles et des bouées acoustiques.

En tant que membres de l’équipe de maintenance aérienne, les techniciens en systèmes d’armement travaillent aux côtés des techniciens en systèmes avioniques, des techniciens en systèmes aéronautiques et des techniciens en structures d’aéronef pour s’assurer que chaque aéronef décolle avec la capacité de remplir sa mission et la puissance de feu nécessaire pour la soutenir.

CAPORAL-CHEF FRANCIS BEAUDIN : Dans notre métier, il faut travailler très rapidement, mais très sécuritaire en même temps. Nous avons à respecter des temps pour les pilotes pour leurs vols à chaque jour. Nous sommes très bien qualifiés et les procédures que nous devons suivre lors de la manipulation de l'armement fait que c'est très sécuritaire.

CAPORAL-CHEF FRANCIS BEAUDIN : En 2015, j'ai eu la chance de déployer pour Opération Impact au Koweït. Les avions volaient beaucoup et nous avons installé beaucoup d'armement sur l'avion. Moi j'ai eu la chance de travailler avec les Américains. Je suis allé sur les lignes de l'Irak et j'ai eu la chance de disposer de munitions qu'on avait utilisé avec le F-18. Mon expérience là-bas m'a permis de voir l'importance de mon métier en déploiement.

Une fois leur formation militaire et professionnelle terminée, les techniciens en systèmes d’armement seront affectés à un escadron de chasseurs à réaction CF-18 à Cold Lake en Alberta ou à Bagotville au Québec, ou à l’un des escadrons de patrouille à long rayon d’action ou d’hélicoptères maritimes du Canada, où les aéronefs sont également armés. Ils passeront leur première année à travailler sous la direction de membres plus expérimentés de leur équipe.

CAPORAL-CHEF FRANCIS BEAUDIN : Dans les premières années de votre carrière, vous serez assignés des tâches de maintenance sur l'avion et des tâches de chargement d'armement sur l'avion. Vous allez être pris en charge, vous allez avoir un mentor et quelqu'un vous aidera à apprendre le métier. Il faut être une personne calme, mais qui peut aussi travailler rapidement et qui a beaucoup d'énergie.

CAPORAL-CHEF FRANCIS BEAUDIN : Moi, j'adore ce métier, ça me rappelle beaucoup mes années de sport : c'est un métier qui se déroule beaucoup en équipe. Notre but, quand on met l’armement sur l'avion, c'est toujours d'être meilleur, d'être plus rapide, et de travailler encore mieux ensemble. Je suis très fier présentement de ma carrière au sein des Forces armées canadiennes. J'ai beaucoup voyagé, j'ai vécu de très beaux moments et de très belles expériences que j'aurais probablement pas eu la chance de vivre dans une vie civile

Emplois civils équivalents

  • Mécanicien/ Mécanicienne et inspecteur d’aéronefs
  • Technicien/ Technicienne et technologue en génie électrique/électronique
  • Contremaître de dépôt d’explosifs et de munitions

Instruction

La première étape de l’instruction est le Cours de qualification militaire de base, ou instruction de base, qui est offert à l’École de leadership et de recrues des Forces canadiennes à Saint-Jean-sur-Richelieu, au Québec. Ce cours vous enseignera les aptitudes de base et les connaissances communes à tous les emplois militaires. L’un des objectifs du cours est de veiller à ce que vous conserviez la norme de condition physique des FAC; par conséquent l'entraînement est physiquement exigeant.

Pour en savoir plus sur l’instruction de base ici.

Vous suivrez ensuite  le cours donné à l’École de technologie et du génie aérospatial des Forces canadiennes de Borden, en Ontario. L’instruction dure environ 32 semaines et porte sur les sujets suivants :

  • Utiliser des outils et le matériel nécessaire aux essais et au soutien
  • Remplir les fiches des aéronefs et de matériel de soutien de la maintenance des aéronefs (MSMA)
  • Exécuter des tâches d’entretien courant sur la ligne de vol
  • Assurer la maintenance des systèmes d’armement des aéronefs
  • Procéder au chargement et au déchargement des armes
  • Contrôler les réserves d’explosifs
  • Entreposer les explosifs
  • Assurer l’entretien des explosifs et du matériel auxiliaire
  • Travailler dans des sites de destruction
  • Éliminer les réserves de munitions excédentaires ou périmées

Vous pourriez avoir la possibilité d’acquérir des compétences spécialisées par l’intermédiaire de cours magistraux ou d’une formation en cours d’emploi, y compris les cours suivants :

  • Neutralisation de munitions classiques (cours avancé)
  • Neutralisation de dispositifs explosifs de circonstance (opérateur ou adjoint)
  • Cours de maintenance des missiles
  • Spécialiste des polygones de tir aérien
  • Technique d’instruction
  • Cours propres à un type d’aéronef
  • Gestion du cycle de vie du matériel

À mesure qu’ils progresseront dans leur carrière, les techniciens(nes) en systèmes d’armement qui manifesteront les aptitudes et les prédispositions nécessaires auront accès à l’instruction avancée. Les cours offerts sont les suivants :

  • Administration technique
  • Leadership et gestion

Programmes d’enrôlement

Ce poste exige que les candidats aient terminé au minimum leur 10e année ou leur secondaire 4 au Québec, conformément aux normes provinciales comportant les Mathématiques générales de 10e année ou Mathématiques 416 / CST 4 au Québec. Il est possible que les études à l’étranger soient reconnues.

Options à temps partiel

Cette possibilité d’emploi à temps partiel est offerte auprès de la Première réserve à certains endroits au Canada. En règle générale, les membres de la Force de réserve servent à temps partiel au sein d’une escadre de l’Aviation royale canadienne dans leur communauté et peuvent effectuer leur service pendant qu’ils sont aux études ou qu’ils occupent un emploi civil. Ils sont payés durant leur instruction. Ils ne sont pas assujettis aux affectations ni aux déménagements militaires. Toutefois, ils peuvent se porter volontaires pour déménager à une autre base ou pour être déployés au Canada ou à l’étranger dans le cadre de missions militaires.

Les membres de la Force de réserve reçoivent le même niveau d’instruction que leurs homologues de la Force régulière. Ils commencent généralement leur instruction avec leur unité d’attache pour s’assurer qu’ils répondent aux normes militaires professionnelles de base. Par suite de l’instruction de base, l’unité d’attache s’occupera de prévoir de l’instruction additionnelle permettant l’acquisition des compétences spécialisées.

Les membres de la Réserve aérienne sont employés au sein de la même unité et exécutent les mêmes tâches que leurs homologues de la Force régulière. En règle générale, les membres de la Réserve aérienne effectuent jusqu’à 12 jours de service par mois dans le cadre de journées normales de travail et ont la possibilité de servir à temps plein pendant de brèves périodes, au besoin. Ils reçoivent 92.8 % du taux de rémunération de la Force régulière, ont droit à des avantages sociaux raisonnables et peuvent être admissibles à contribuer à un régime de pension.