Temps plein | Militaire du rang

Technicien génie des armes

Posez votre candidature maintenant

Aperçu

Les techniciens en génie des armes sont chargés d’effectuer des activités d’entretien correctif et périodique liées aux systèmes d’armes à bord des navires.

Leurs principales responsabilités sont les suivantes :

  • Surveiller et évaluer les performances du matériel électronique
  • Utiliser des systèmes de diagnostic électronique, des outils spéciaux et du matériel d’essai
  • Effectuer des analyses diagnostiques sur des éléments et systèmes pour cerner les défaillances
  • Réparer le matériel électronique défectueux pour remettre les systèmes en marche
  • Inspecter, entretenir et poser des composantes électroniques
  • Rédiger des registres d’essais et des rapports d’évaluation, compiler de la documentation sur le matériel d’entretien ainsi que lire et interpréter des schémas électroniques

Environnement de travail

La carrière des techniciens en génie des armes se déroule principalement à bord de navires basés à Halifax, en Nouvelle-Écosse, ou à Esquimalt, en Colombie-Britannique. Ils prennent part à des aventures uniques et relèvent des défis propres au travail en mer. Ils doivent travailler par quarts ou par roulement dans des endroits exigus ou sur un pont découvert, en vue de réparer et d’entretenir le matériel.

Les techniciens en génie des armes, à l’instar de leurs pairs, doivent aussi effectuer des tâches de sentinelle ou de vigie, de nettoyage, de peinture ou de chargement du ravitaillement, et travailler dans la cuisine.

Transcription

TITRE:

Technicien / Technicienne en génie des armes

MATELOT-CHEF PASCALE BAUNE : Je suis le matelot-chef Pascale Baune, de Châteauguay au Québec, technicienne en génie des armes à l’unité de la maintenance de la flotte, à Esquimalt en Colombie-Britannique.

Les techniciens en génie des armes effectuent des travaux sur de nombreux systèmes qui sont essentiels aux capacités de navigation, de communication et de combat du navire.

Leurs responsabilités comprennent de simples procédures d’entretien de routine – et la vérification que les engrenages tournent et que les systèmes de combat sont opérationnels – jusqu’à l’entretien des systèmes informatiques qui les contrôlent. Ils sont aussi chargés de l’entreposage, du transport et du chargement de munitions, de torpilles et de missiles puissants, ainsi que de l’utilisation et de l’entretien de véhicules aériens sans pilote.

BAUNE : J’ai choisi technicien en génie des armes parce que c’était vraiment un mélange au niveau mécanique, électronique, que ce soit aussi l’hydraulique, la pneumatique. Je crois que ça couvrait vraiment tous les angles d’un métier que je voulais possiblement faire dans ma carrière.

De plus, les techniciens en génie des armes veillent au plein fonctionnement des systèmes de radar, de sonar, de communication et de réseau du navire en tout temps. La manipulation de clés, la mise à l’essai de pièces d’équipement et les réparations de réseaux sont toutes différentes facettes du travail à effectuer pour s’assurer que les communications électroniques circulent librement entre les plateformes. Ce métier convient particulièrement aux personnes qui aiment travailler avec de l’équipement mécanique et électronique et diagnostiquer les anomalies de systèmes complexes.

BAUNE : Je suis quelqu’un de très manuelle, donc de pouvoir démonter des équipements, les remonter, enlever certains équipements brisés, essayer de les réparer, pour moi c’était ce qui me plaisait le plus.

BAUNE : Je crois que j’ai un des métiers les plus importants pour la Marine, parce que sans les techniciens en génie des armes, on ne peut pas avoir un navire de guerre fonctionnel. Sans les systèmes d’armement, les systèmes de mise à feu pour pouvoir lancer des missiles… Nous sommes ceux qui font la maintenance sur l’armement, les systèmes de communications, les systèmes radar que – s’ils sont pas fonctionnels, on peut pas savoir où on se dirige… les systèmes de communications pour pouvoir communiquer avec la base qui nous donnent nos ordres de mission.

Mais ce n’est pas que la puissance de feu qui rend ce travail palpitant. Les techniciens en génie des armes ont aussi l’occasion de gouverner le navire.

À la fin de leur instruction professionnelle, les techniciens en génie des armes sont affectés à un navire opérationnel basé à Halifax (Nouvelle-Écosse) ou tout juste à l’extérieur de Victoria (Colombie-Britannique). Leurs douze premiers mois à bord du navire sont consacrés à l’acquisition d’expérience pratique sous la supervision des techniciens plus chevronnés du service. Ils peuvent ainsi mettre leurs connaissances à l’épreuve en vue de recevoir une attestation professionnelle d’apprenti technicien en génie des armes.

Pendant leur apprentissage, les techniciens en génie des armes effectuent une rotation entre les 5 grandes spécialités du métier afin de se familiariser avec les systèmes de radar, de sonar, de communication, d’armement et de conduite de tir à bord du navire. Après quelques années, ils pourront s’occuper avec autonomie d’un bon nombre des systèmes essentiels aux capacités de communication et de combat du navire, et ils auront l’occasion de choisir l’une de ces 5 spécialités et d’approfondir leurs connaissances dans ce domaine de façon intensive.

Des occasions se présenteront aussi à eux qui leur permettront d’acquérir des compétences autres que celles rattachées à leur groupe professionnel.

BAUNE : Pour être un bon technicien en génie des armes, ça prend quelqu’un de passionné, quelqu’un qui est toujours curieux de vouloir chercher plus, et plus en détails, quelqu’un qui aime lire, qui est bon en mathématiques, et puis quelqu’un que ça lui dérange pas de partir pendant des mois et des mois en mer.

Pour un marin, une journée en mer typique peut inclure l’acquisition d’expérience pratique et de la formation en équipe, notamment dans le cadre de simulations d’incendie, d’inondation ou d’urgence médicale, qui sont des scénarios de lutte contre les avaries auxquels participent tous les membres de l’équipage.

Lorsqu’ils ne sont pas en service, les marins peuvent faire de l’exercice et relaxer avec leurs collègues. Ils prennent leurs repas ensemble et ont chacun un accès personnel à Internet et à leurs courriels, en plus de pouvoir communiquer régulièrement avec leur famille et leurs amis au pays par téléphone satellite.

BAUNE : Ce que j’aime le plus de mon métier, ben, c’est voyager. Lorsque je suis sur un bateau, d’aller à des ports différents partout à travers le monde, des places que j’aurais jamais, jamais pensé aller dans ma vie, puis découvrir des places fantastiques.

 

TITRE:

Technicien / Technicienne en génie des armes

Qualification militaire de base

La première étape de l’instruction est le Cours de qualification militaire de base, ou instruction de base, qui est offert à l’École de leadership et de recrues des Forces canadiennes à Saint-Jean-sur-Richelieu, au Québec. Ce cours vous enseignera les aptitudes de base et les connaissances communes à tous les emplois militaires. L’un des objectifs du cours est de veiller à ce que vous conserviez la norme de condition physique des Forces armées canadiennes (FAC); par conséquent l'entraînement est physiquement exigeant.

Pour en savoir plus sur l’instruction de base ici.

Instruction de qualification professionnelle de base

Vous suivrez par la suite le cours de l’École de la Flotte des Forces canadiennes à Esquimalt, en Colombie-Britannique. La formation dure environ neuf mois et porte sur les sujets suivants :

  • Étude de perfectionnement (surtout en mathématiques et en physique)
  • Théorie électrique et électronique
  • Théorie et applications relatives à la communication
  • Théorie et applications relatives au radar
  • Théorie et applications relatives au sonar
  • Théorie relative aux systèmes d’armes à bord des navires
  • Sécurité et maniement des munitions 
  • Utilisation d’outils manuels, de compteurs électriques et du matériel de diagnostic

Instruction spécialisée disponible

Vous pourriez avoir la possibilité d’acquérir des compétences spécialisées par l’intermédiaire de cours magistraux ou d’une formation en cours d’emploi, y compris les cours suivants :

  • Opération sonar à balayage latéral
  • Responsable de terminal de vidéoconférence
  • Soudage de haute fiabilité
  • Inspection de sécurité des explosifs
  • Fibres optiques

Instruction propre à la Marine

Vous fréquenterez ensuite l’École navale des Forces canadiennes à Esquimalt, en Colombie-Britannique, ou à Halifax, en Nouvelle-Écosse, pendant environ cinq semaines. Cette formation porte sur les sujets suivants :

  • Histoire et organisation de la Marine royale canadienne
  • Lutte contre les incendies et contrôle des avaries à bord des navires
  • Sécurité à bord des navires
  • Services de quart
  • Matelotage

Études exigées

Ce poste exige que les candidats aient terminé au minimum leur 10e année ou leur secondaire IV au Québec, conformément aux normes provinciales avec mathématiques théoriques de 10e année (mathématiques 436 au Québec) ou les mathématiques appliquées (mathématiques 426 au Québec). La réussite d’un cours de physique de n’importe quel niveau est un atout. Il est possible que les études à l’étranger soient reconnues.

Options d’enrôlement direct

Si vous détenez déjà un diplôme d’études collégiales, les FAC décideront si votre programme d’études remplit les critères du poste, et vous pourriez être envoyé directement à une formation en cours d’emploi après avoir obtenu votre qualification militaire de base. Cette qualification et la formation en cours d’emploi militaire sont requises avant toute affectation.

Options d’études payées

Programme d’instruction et d’études subventionnées à l’intention des militaires du rang (PIES-MR)

Comme ce poste en question nécessite une formation spécialisée, les FAC paieront les frais de scolarité des recrues retenues qui suivent un programme agréé d’un collège canadien. Les étudiants du PIES-MR suivent la qualification militaire de base et une formation en cours d’emploi durant les mois d’été. Le salaire à temps plein comprend les soins médicaux et dentaires, ainsi que des vacances payées (à plein salaire). En échange du paiement des études collégiales, les candidats s’engagent à servir dans les FAC pendant une certaine période de temps. Si vous voulez participer au programme, vous devez faire une demande auprès des FAC et du collège approprié. Pour de plus amples renseignements, consultez les Études payées.

Renseignez-vous ici sur les programmes d’études payés.