Explorez les carrières
Armée Aviation Marine

Technologue de laboratoire médical

Militaires du rang | Temps plein


Postulez maintenant

Aperçu

Ils doivent en tout temps exécuter leurs tâches conformément à des protocoles établis, à des consignes de sécurité et aux lois existantes.

Leurs principales responsabilités sont les suivantes :

  • Recueillir et préparer les spécimens biologiques aux fins d’analyses;
  • Effectuer des analyses régulières et spécialisées;
  • Valider les résultats des analyses;
  • Procéder à des techniques analytiques sur des spécimens provenant de diverses sources; et
  • Mettre en pratique et promouvoir les principes de gestion de la qualité et des ressources.

Environnement de travail

Les technologues de laboratoire médical travaillent dans diverses installations de soins de santé et dans des laboratoires provisoires lorsqu’ils participent à des opérations de maintien de la paix et à des missions humanitaires dans le monde entier. Ils peuvent travailler par quarts. Ils sont affectés à des bases au Canada, participent à des missions dans le monde ou travaillent à bord de navires.

Aperçu de carrière

Transcription

TITRE:

Technologue de laboratoire médical

CAPORAL-CHEF KARINA PELLETIER : Je suis caporal-chef Karina Pelletier du Saguenay, technologue de laboratoire médical à la garnison St-Jean, Québec.

En tant que membres de l’équipe des Services de santé des Forces armées canadiennes, les technologues de laboratoire médical peuvent être appelés à effectuer la collecte et l’analyse habituelles et d’urgence des spécimens, en tout temps, quel que soit l’endroit dans le monde où les Forces les envoient en mission.

Les technologues de laboratoire médical passent la majeure partie de leur temps à travailler dans une installation médicale des Forces armées canadiennes. Mais ils sont toujours prêts à se déployer avec un hôpital de campagne ou un détachement médical, au besoin.

Il pourrait s’agir d’une mission d’aide humanitaire sur les lieux d’une catastrophe naturelle, ou, en situation de conflit, des soins de traumatologie sous haute pression, 24 heures sur 24.

CAPORAL-CHEF KARINA PELLETIER : Pour être un bon technologue de laboratoire, je pense qu’il faut vraiment être perfectionniste, il faut avoir le souci du détail. Ça a un impact direct sur les résultats qui vont être donnés aux patients, puis ça a effectivement un impact direct sur le traitement qui va être donné au patient aussi.

Environ 85 % de tous les diagnostics médicaux sont fondés sur des résultats de laboratoire. La plupart des laboratoires des Forces armées canadiennes font des analyses de base liées à la phlébotomie, à l’hématologie, à la chimie, à la coagulation, à la sérologie et à l’analyse d’urine.

CAPORAL-CHEF KARINA PELLETIER : On reçoit le patient, on prend la requête, on va faire l’entrée dans son dossier à lui, ensuite on va effectuer le prélèvement. Ensuite on apporte les tubes au laboratoire puis là on traite les analyses selon les différents besoins. Puis ensuite on sort les résultats, on les valide nous-mêmes. Puis ensuite on envoie les rapports, on fait en sorte que les cliniciens aient les rapports. Ce qui est agréable, c’est qu’on voit tout le processus de A à Z, comparativement au milieu civil où on ferait un poste de travail toute la journée, puis en fait, on n’a pas l’image complète, en fait.

Les technologues de laboratoire médical sont un élément vital de l’équipe des Services de santé des Forces armées canadiennes, tant au niveau de la Force régulière que de la Force de réserve.

Ils ont joué un rôle essentiel auprès des militaires dans la réponse des Forces armées à la pandémie du coronavirus, en utilisant de nouveaux instruments à la fine pointe de la technologie pour effectuer les tests de COVID-19.

Ils offrent également une formation au point d’intervention, sur l’équipement spécialisé, comme l’analyseur i-STAT, aux adjoints au médecins et aux technologues médicaux qui sont affectés à bord d’un navire.

CAPORAL-CHEF KARINA PELLETIER : Avec les Forces armées canadiennes, travailler dans une clinique médicale ici, il y a beaucoup plus de proximité avec les cliniciens, les infirmières, les médics puis au labo, fait qu’on se sent vraiment impliqués, en fait. On travaille conjointement, puis on travaille vraiment en équipe, comparativement au civil.

CAPORAL-CHEF KARINA PELLETIER : Ce que j’adore du métier de technologue de laboratoire dans les Forces armées canadiennes, c’est certain qu’on a beaucoup d’options pour la progression de carrière. Aussi, pour avoir un poste à temps plein dans un hôpital au civil, c’est certain que c’est quelque chose qui est vraiment long. Ici, on travaille du lundi au vendredi, de 7:30 à 4:00. T’es certain que tu vas être tous les soirs à la maison chez toi, que tu vas avoir tous tes week-ends aussi. Donc, ça c’est vraiment un bel avantage pour les familles, je pense.

Une fois leur formation militaire et professionnelle terminée, les technologues de laboratoire médical sont affectés à l’un des dix laboratoires médicaux des Forces armées canadiennes répartis dans le pays, où ils passeront par un programme de préceptorat d’un an sous la supervision du personnel supérieur de laboratoire. La trousse d’instruction comprend également un cours de parasitologie d’une semaine et un cours d’instruction appliquée visant précisément les déploiements opérationnels.

Tout au long de leur carrière, les technologues de laboratoire médical auront l’occasion de voyager et de se déployer dans le cadre de missions de maintien de la paix, de combat ou d’aide humanitaire, ainsi que de perfectionner leur formation professionnelle et de suivre des cours en leadership et en gestion.

CAPORAL-CHEF KARINA PELLETIER : C’est vraiment encouragé de se perfectionner puis de continuer à maintenir nos connaissances à jour, et on a beaucoup, beaucoup d’options qui s’offrent à nous, effectivement.

CAPORAL-CHEF KARINA PELLETIER : D’être dans les Forces armées canadiennes, il y a vraiment beaucoup de possibilités d’aventures. J’ai eu la chance d’aller tirer du canon avec les artilleurs. Je suis vraiment satisfaite puis je suis vraiment contente de ma carrière avec les Forces armées canadiennes. J’ai eu beaucoup d’opportunités que j’aurais pas eu dans le civil, ça c’est certain.

Emplois civils équivalents

  • Technologue de laboratoire médical et assistant en anatomopathologie
  • Technologue en biochimie
  • Technologue en histologie
  • Technologue en microbiologie

Instruction

La première étape de l’instruction est le Cours de qualification militaire de base, ou instruction de base, qui est offert à l’École de leadership et de recrues des Forces canadiennes à Saint-Jean-sur-Richelieu, au Québec. Ce cours vous enseignera les aptitudes de base et les connaissances communes à tous les emplois militaires. L’un des objectifs du cours est de veiller à ce que vous conserviez la norme de condition physique des Forces armées canadiennes (FAC); par conséquent l'entraînement est physiquement exigeant.

Pour en savoir plus sur l’instruction de base ici.

Vous serez ensuite affectés à une unité médicale au Canada pour suivre un programme de préceptorat d’une durée d’un an, sous la supervision de personnel supérieur d’état-major. Cette formation vous permettra d’acquérir les connaissances de base requises pour exercer les fonctions de technologue de laboratoire médical dans un établissement militaire.

Vous pourriez avoir la possibilité d’acquérir des compétences spécialisées par l’intermédiaire de cours magistraux ou d’une formation en cours d’emploi, y compris les cours suivants :

  • Leadership
  • Gestion

À mesure qu’ils progresseront dans leur carrière, les technologues de laboratoire médical qui manifesteront les aptitudes et les prédispositions nécessaires auront accès à l’instruction avancée.

Programmes d’enrôlement

Ce poste exige que les candidats soient acceptés sans condition ou inscrits actuellement à un programme de formation à titre d’étudiant à temps plein dans un établissement d’enseignement post-secondaire choisi par les Forces dans le cadre du Programme de formation et d’études subventionnées des militaires du rang (PFES-MR). 

Vous serez considéré pour ce poste si vous êtes déjà titulaire d’un diplôme collégial en technique de laboratoire médical, d’une certification de la Société canadienne de sciences de laboratoire médical (SCSLM) et que vous détenez un permis ou un agrément illimité (en vigueur), et une lettre d’attestation de régularité d’une autorité provinciale ou territoriale, vous pouvez vous inscrire en vertu du plan d’entrée directe. Si vous avez obtenu votre diplôme il y a plus de 12 mois, vous devez posséder un équivalent de six mois d’expérience, à temps complet ou partiel, réalisée au cours des deux dernières années. Si vous avez obtenu votre diplôme au courant des 12 derniers mois, aucune expérience n’est requise.

Programme d’instruction et d’études subventionnées à l’intention des militaires du rang (PIES-MR)

Comme le poste en question nécessite une formation spécialisée, les Forces canadiennes paieront les frais de scolarité des recrues retenues qui suivent un programme agréé d’un collège canadien. Les étudiants du PFES-MR suivent la qualification militaire de base et une formation en cours d’emploi durant les mois d’été. Le salaire à temps plein comprend les soins médicaux et dentaires, ainsi que des vacances payées (à plein salaire). En échange du paiement des études collégiales, les candidats s’engagent à servir dans les Forces pendant une certaine période de temps. Si vous voulez participer au programme, vous devez faire une demande auprès des Forces et du collège approprié.

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec le recruteur spécialisé des Services de santé: HealthSvcsRecruiting-RecrutementSvcsdesante@forces.gc.ca

Renseignez-vous ici sur les programmes d’études payés.